Les Etats-Unis inquiets pour l’Europe

  • A
  • A
Les Etats-Unis inquiets pour l’Europe
@ REUTERS
Partagez sur :

La tour Eiffel ou la gare de Berlin figurent parmi les lieux qui pourraient être pris pour cible.

"Le département d'Etat alerte les ressortissants américains du risque potentiel d'attentats terroristes en Europe" : voilà le message qu’on peut lire dans une note annoncée samedi par la chaîne de télévision américaine Fox News et diffusée officiellement dimanche. Une note en forme de mise en garde pour les touristes américains tentés par un voyage sur le Vieux continent.

La tour Eiffel et Notre-Dame

Sont concernés en particulier par l’alerte émise par les Etats-Unis, les transports publics dans les grandes capitales européennes et des sites touristiques qui pourraient être pris pour cible. La tour Eiffel à Paris ou la gare centrale de Berlin figurent, parmi d'autres lieux fréquentés en Europe, sur la liste obtenue par les services de renseignement occidentaux, rapporte Fox News, citant des responsables.

Sur cette liste figurent également l'hôtel de luxe Adlon, près de la Porte de Brandebourg à Berlin, la tour de télévision de l'Alexanderplatz, également dans la capitale allemande, ainsi que la cathédrale Notre-Dame de Paris. "Un responsable a également indiqué que la sécurité avait été renforcée autour de la famille royale britannique", a rapporté Fox News.

Les voisins européens sur leur garde

Les principaux pays européens sont donc sur leurs gardes après cette appel à la vigilance. A Londres, le Foreign Office a annoncé dimanche une révision de sa mise en garde aux Britanniques voyageant en France et en Allemagne, les avertissant d'une "forte menace terroriste", alors qu'elle était auparavant qualifiée de "normale".

Le ministre britannique de l'Intérieur, Theresa May, a estimé la mise en garde américaine "conforme" à l'appréciation britannique. "Comme nous n'avons eu de cesse de le répéter, nous faisons face à une menace terroriste grave et réelle. Notre niveau d'alerte reste "grave", ce qui signifie qu'un attentat est très probable", a-t-elle déclaré.

"Pas d'alarmisme excessif"

Pour le ministère français des Affaires étrangères, les recommandations de vigilance américaines sont "en ligne" avec celles émises par la France à l'égard de sa propre population. "La menace terroriste en France demeurant élevée, le niveau d'alerte est maintenu inchangé, au niveau rouge", a rappelé le porte-parole du ministère Bernard Valero.

Brice Hortefeux a répondu à cette mise en garde américaine en affirmant dimanche que les autorités françaises étaient "vigilantes". "Il ne faut pas inquiéter nos concitoyens, les mesures sont prises, entre autre dans le cadre du Plan Vigipirate. Mais il ne faut pas non plus être dans le déni et donc il faut rester en alerte", a-t-il ajouté.

Dans une interview donnée au quotidien Le Parisien avant l'annonce américaine, le ministre français de la Défense, Hervé Morin, a déclaré : "La menace terroriste existe, et peut nous frapper à tout moment". Hervé Novelli, secrétaire d'Etat au Tourisme, a également réagi lundi, en déclarant qu'il fallait être "extrêmement vigilant" mais ne pas faire preuve "d'un alarmisme excessif".

La Commission demande des détails

Le ministère allemand de l'Intérieur a quant à lui estimé qu'il n'avait "pas lieu de modifier son évaluation des risques d'attentats", indiquant qu'il n'y a "toujours pas d'indications concrètes d'attentats imminents" en Allemagne.

La Commission européenne "surveille" la situation. Selon un diplomate européen, la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Cecilia Malmstroen, a demandé aux autorités américaines de lui fournir plus de détails sur les raisons de cette alerte lors d'une réunion des ministres européens de l'Intérieur jeudi à Luxembourg.

En début de semaine, les médias britanniques avaient déjà fait état de projets d’attentats coordonnés d’Al-Qaïda. Ils auraient été déjoués par les services de renseignement britanniques, français, allemands et américains, avait rapporté mardi la chaîne de télévision britannique Sky News. Sans que l'information ne soit cependant confirmée officiellement.