"Les dossiers de la perversion" des Boy Scouts

  • A
  • A
"Les dossiers de la perversion" des Boy Scouts
@ REUTERS
Partagez sur :

Des documents confidentiels dévoilant des abus sexuels ont été mis en ligne aux Etats-Unis.

Ce sont pas moins de 14.500 pages de documents, plus de 5.000 dossiers, jusqu'ici confidentiels, qui ont été mis en ligne jeudi aux Etats-Unis. Ces "dossiers de la perversion" dévoilent les abus sexuels présumés de chefs scouts sur des jeunes, commis depuis les années 1940. Le mouvement, qui avait essayé de garder ces dossiers confidentiels et dont certains responsables ont déjà été condamnés, pourraient maintenant connaître une nouvelle vague de procès.

>> A lire aussi : Scandale sexuel chez les Boy Scouts

Une liste noire insuffisante

L'association des Boy Scouts of America (BSA) est accusée d'avoir couvert pendant près d'un siècle des abus sexuels commis par des chefs sur des jeunes. Elle se défend, assurant s'être reposée sur une liste noire - connue sous le nom de "dossiers de la perversion" - qui devait empêcher les adultes mis en cause et expulsés de revenir dans ses rangs.

Mais cela n'a visiblement pas suffi. Parmi les 1.200 cas, datant de 1970 à 1990, recensés par le Los Angeles Times, 125 concernent des hommes qui avaient été fichés par la BSA. Dans certains cas, les "prédateurs" ont falsifié leur identité ou réussi à contourner le processus d'inscription. Mais dans d'autres, les premiers abus n'ont pas été enregistrés ou bien les suspects ont été autorisés à continuer à encadrer des jeunes tout en étant "mis à l'épreuve".

100 ans de prison pour plus de 100 agressions

Un exemple : En 1971, un chef scout est expulsé de l'association pour avoir agressé sexuellement un adolescent de 14 ans dans l'Indiana. Mais l'homme, pourtant condamné par la justice, a encadré de nouvelles unités jusqu'en 1988, dans l'Illinois. Après avoir admis qu'il a agressé plus d'une centaine de jeunes hommes, il a été condamné en 1989 à cent ans de prison, peut-on lire dans son dossier, cité par le LA Times.

Autre situation aberrante : un chef, condamné dans le Minnesota après avoir violé un adolescent, a pu réintégrer la même troupe juste après sa sortie de prison.

Boy Scoutsof america,

© REUTERS

Tous ces dossiers "montrent l'ampleur de la connaissance des Boy Scouts of America de la menace que constituaient les chefs scouts et autres adultes, usant de leur autorité, sur les jeunes scouts", a dénoncé Paul Mones, l'un des avocats de victimes. "Nous savons que le nombre (de victimes) se comptent par milliers et la plupart de ces gens ne diront jamais rien", a-t-il ajouté, précisant que chaque adulte mis en cause abusait en moyenne de 5 à 25 scouts.

"Nos efforts pour protéger les jeunes ont été clairement insuffisants"

Après la diffusion de ces dossiers, le patron des Boy Scouts of America, Wayne Perry, a réitéré ses excuses aux victimes. "Il y a eu des situations dans lesquelles certaines personnes ont profité de leur position (...) pour violenter des enfants, et dans certains cas, notre réponse à ces incidents et nos efforts pour protéger les jeunes ont été clairement insuffisants, inadéquats ou incorrects", a-t-il reconnu.