Les deux icônes des émeutes de Londres

  • A
  • A
Les deux icônes des émeutes de Londres
@ REUTERS ET CAPTURE D'ECRAN DAILYMAIL
Partagez sur :

La photo et la vidéo de deux jeunes gens, pris dans le feu des émeutes, ont fait le tour du monde.

Lui : on l’a vu, dans une vidéo, à terre, se faire dépouiller par des émeutiers. Elle : la photo la montrant en train de sauter d’un immeuble en feu pour atterrir dans les bras d’un pompier a fait le tour du monde. Deux jeunes - Asyraf Haziq Rosli et Monika Konczyk - sont devenus pour les Anglais, en l’espace de quelques jours, les deux visages des émeutes londoniennes.

Un étudiant malaisien dépouillé

Les deux scènes se sont déroulées lundi. Asyraf Haziq Rosli, un Malaisien de 20 ans, roule alors à vélo dans la rue de la capitale britannique quand il est attaqué par un groupe. A terre, un jeune l’aide à se relever avant de s’empresser, lui-aussi, d'ouvrir son sac à dos et d'en dérober le contenu.

Cette vidéo - vue près de 3,5 millions de fois sur YouTube - est devenue un symbole de la violence des émeutes. Elle a suscité l'indignation des internautes et a même entraîné une réaction du Premier ministre britannique David Cameron qui a qualifié cette agression de "dégoûtante". "Quelque chose ne tourne vraiment pas rond dans notre société", a-t-il fustigé dans les médias britanniques.

De son lit d’hôpital, Asyraf Haziq Rosli a raconté la scène. "Il y avait des jeunes enfants, des écoliers, dans le groupe. Ils portaient des cagoules et ils s'accrochaient à moi", a-t-il témoigné dans une vidéo filmée par un ami. "Ils essayaient de prendre mon téléphone portable dans la poche de mon pull. Ils ont fait tomber mon vélo, et quand ils ont fait ça, j'ai heurté le sol et je me suis blessé à la mâchoire. Il y avait du sang", a-t-il ajouté, le visage tuméfié.

Suite à ce témoignage, l’émotion était telle chez les Anglais que certains se sont mobilisés pour créer un site, somethingniceforashraf.tumblr.com. Pour "lui montrer, ainsi qu'à son pays, que seule une petite minorité d'entre nous sont des salauds", ont expliqué les créateurs du site qui recueille donations et idées pour aider le jeune homme.

Une Polonaise à la Une de tous les journaux

Une autre image a particulièrement ému les Anglais : celle de Monika Konczyk sautant de la fenêtre d’un immeuble en feu. La photo prise à Croydon, un quartier du sud de la capitale, a fait la Une de tous les grands quotidiens anglais et ainsi, la jeune femme de 32 ans est devenue un des visages-symboles de ces émeutes.

"C’était horrible. J’étais prise au piège à l’intérieur de mon appartement, sans issue de sortie. Il n’y avait aucun moyen de sortir. J’ai cru que j’allais mourir", a confié jeudi Monika Konczyk, une Polonaise, arrivée en mars à Londres pour y retrouver sa sœur, qui vit dans la capitale britannique.

Monika, un symbole des émeutes

© CAPTURE D'ECRAN TIMES

Monika Konczyk a ensuite expliqué avoir entendu les voix des secours à l’extérieur de l’immeuble, lui demandant de sauter par la fenêtre. Ce qu’elle a fini par faire, avant d’atterrir dans les bras d’un policier.

La jeune femme n’a pas été blessée, mais psychiquement, elle reste très choquée. Elle pourrait faire une "dépression", s’est ainsi inquiétée sa sœur dans les colonnes du Telegraph.