Les danseurs de La Scala refusent de pencher

  • A
  • A
Les danseurs de La Scala refusent de pencher
Les danseurs et les choristes de La Scala se sont mis en grève, causant l'annulation d'une représentation.@ MAXPPP
Partagez sur :

Ils se sont mis en grève, causant l'annulation d'une représentation dans la prestigieuse salle milanaise.

Cela ressemble fort à un caprice de diva. Les danseurs de La Scala de Milan, une salle réputée dans le monde entier, se sont mis en grève, causant l’annulation à la dernière minute du spectacle d’ouverture de la saison de ballet. La cause de leur courroux : ils refusent de danser sur une scène inclinée, à moins d’être payés plus, rapporte le quotidien britannique The Independent.

>> A lire aussi : Verdi et Wagner sèment la zizanie à La Scala

Les danseurs affirment en effet que cette scène, créée spécialement pour Roméo et Juliette, leur donne mal au dos. Ils ne sont pas les seuls à protester : seize membres du chœur se plaignent aussi de devoir monter sur scène pour effectuer des mouvements simples, en rythme avec les danseurs, selon The Guardian.

Un bonus pour venir chanter sur scène

la scala à Milan

© REUTERS

Pour chaque représentation, les danseurs exigent un bonus dont le montant n'a pas été révélé. Le chœur, qui compte au total 74 chanteurs, réclame de son côté un bonus de 600 euros par personne pour les seize grévistes, et de 400 euros pour les autres. Les chanteurs montent régulièrement sur scène dans des opéras à La Scala, mais ils assurent qu’en faire de même pour un ballet ne figure pas dans leur contrat.

Autre argument : monter sur scène signifie devoir chanter sans partition, de tête. Or le chœur assure ne pas avoir eu suffisamment de temps pour répéter. Devant le refus de la direction d’accéder à leurs demandes, les danseurs et les choristes ont donc décidé de faire grève.

>> A lire aussi : Cette danseuse qui affole La Scala

Le personnel de la Scala n’en est pas à son premier coup d’éclat : en 2008, face aux artistes qui menaçaient de faire grève pour obtenir une plus grande part des recettes, les techniciens et les guichetiers avaient fait irruption dans le théâtre, déguisés en vampires, pour lancer des faux billets depuis les loges.