Les concombres disculpés, la Russie inquiète

  • A
  • A
Les concombres disculpés, la Russie inquiète
Les autorités allemandes ont en effet pour la première fois mardi exprimé des doutes sur la responsabilité de concombres espagnols.@ MAXPPP
Partagez sur :

La Commission européenne presse l'Allemagne de trouver la source de la contamination.

L'incertitude demeure sur l'origine de l'épidémie qui frappe actuellement l'Allemagne et une partie de l'Europe. La Commission européenne a annoncé en tout cas mercredi soir avoir levé la mise en garde lancée contre les concombres bio espagnols soupçonnés, dans un premier temps, d'avoir provoqué une contamination potentiellement mortelle à la bactérie E.coli.

"Les derniers tests menés en Espagne et en Allemagne sur des concombres produits en Espagne n'ont pas décelé la présence de la souche 0104 de la bactérie E.Coli et la Commission a en conséquence levé l'alerte lancée au niveau européen", a-t-elle précisé dans un communiqué.

Mais cela n'a pas empêché la Russie d'interdire jeudi l'importation des légumes frais en provenance de tous les pays de l'Union européenne. Les légumes déjà importés de l'UE "seront saisis dans toute la Russie", a précisé Gennady Onishchenko, chef de l'agence de protection des consommateurs. "J'appelle les gens à oublier les légumes importés au profit des produits locaux", a-t-il poursuivi, estimant que les normes sanitaires étaient suivies en Russie avec plus de professionnalisme que dans l'UE. "L'épidémie "montre que la législation sanitaire européenne, que certains presse la Russie d'adopter, ne marche pas", a-t-il jugé.

"Mesure disproportionnée"

La commission européenne a aussitôt réagi et qualifié la mesure de "disproportionnée". "La Commission va écrire aux autorités russes pour demander des explications. Cela représente entre 3 et 4 milliards d'euros de produits européens exportés chaque année, le premier produit étant des pommes", a indiqué un porte-parole pour les questions de santé Frédéric Vincent

Mercredi soir, la Commission avait informé tous les Etats membres de leur décision sur le concombre espagnol. La décision est "un pas très important en vue d'un retour à la normale aussi rapide que possible pour le secteur agricole espagnol", a souligné le ministère.

Le commissaire européen à la Santé John Dalli a également pressé l'Allemagne de redoubler d'efforts afin d'identifier la source de cette contamination à l'origine d'une grave crise de santé dans l'UE et de l'effondrement du marché des fruits et légumes.

En Allemagne, c'est désormais une vraie traque que les chercheurs et les médecins mènent pour trouver l'aliment responsable de l'épidémie. La méthode est basique : il faut pour cela faire passer un interrogatoire à tous les malades. Une fois l'aliment trouvé, il faudra remonter la filière chez les grossistes et dans les supermarchés pour mettre la main sur le produit exact qui porte cette bactérie.

Les consommateurs déboussolés

C'est donc le désarroi chez les consommateurs qui sont déboussolés par les mises en garde parfois contradictoires des autorités sanitaires allemandes. Désormais, par précaution, il est recommandé de ne plus manger de crudités du tout. Signe de cette inquiétude, la grande halle de Berlin, qui alimente les marchés de la capitale, enregistre une dégringolade des ventes de légumes et de fruits, de l'ordre de 80%.

La bactérie E.coli 0104, cause de la maladie, a fait 17 morts en Allemagne et un en Suède.,