Les cafards, dernière calamité de Naples

  • A
  • A
Les cafards, dernière calamité de Naples
@ REUTERS
Partagez sur :

La ville italienne a lancé des opérations de désinfection pour lutter contre ce fléau.

Après les ordures, les cafards. Naples est victime depuis plusieurs semaines d’une invasion de blattes, qui peuvent atteindre jusqu’à sept centimètres de long. Au point que la municipalité a lancé des opérations de désinfection, amplifiées depuis mardi.

Depuis avril, les agents de nettoyage travaillaient de nuit pour éviter tout contact entre les produits insecticides et les habitants, mais "des opérations seront aussi programmées le matin", a déclaré Maurizio Scoppa, directeur général de l'Agence sanitaire de Naples (ASL), à l’issue d’une réunion extraordinaire.

Polémique sur l’hygiène

La prolifération de ces insectes, accentuée par la canicule, l'humidité et les matériaux organiques, a relancé la polémique sur l'hygiène à Naples, régulièrement critiquée pour sa gestion des ordures ménagères, un secteur contrôlé par la mafia.

La presse italienne évoque l’"invasion de cafards gigantesques" et des experts de la santé publique s’alarment des risques de maladies, comme le typhus et l'hépatite A.

La municipalité minimise les faits

Autant d’inquiétudes auxquelles les autorités tentent tant bien que mal de répondre, en affirmant que la santé des habitants n’est pas en danger. "Les experts écartent tout danger pour la santé des habitants. Il n'y a pas de situation d'urgence, c'est juste un phénomène qui touche certaines zones", affirme la porte-parole de la mairie, Maria Bonacci.

Elle réfute le terme d’"invasion", tout en admettant que le nombre de blattes a sensiblement augmenté par rapport aux étés précédents.

Manque de personnel

Les autorités se renvoient la balle. L’actuelle municipalité, élue en mai 2011, rejette la responsabilité sur la précédente administration, à qui elle a reproché de "ne pas avoir nettoyé les égouts".

Quant à l’Agence sanitaire, elle pointe du doigt "le manque de personnel de la mairie", dont la présence est nécessaire pour que les employés de l'ASL puissent accéder aux égouts pour les désinfecter. "Le problème d'organisation pour la gestion des égouts et des déchets est une des causes de ce phénomène", estime Maurizio Scoppa.

Les ordures déposées le soir, ramassées le matin

En outre, les Napolitains doivent déposer leurs ordures "après 20H00, mais elles ne sont ramassées que le lendemain matin, car je suppose que le travail de nuit coûte cher", indique le responsable de l'ASL. "Les déchets restent toute la nuit dehors alors que les températures sont très élevées. Les hôtes des égouts sont donc attirés", relève-t-il.