Les auteurs de l'attentat de Majorque pourraient avoir fui l'île

  • A
  • A
Les auteurs de l'attentat de Majorque pourraient avoir fui l'île
Partagez sur :

Les auteurs de l'attentat de jeudi qui a tué deux gardes civils pourraient avoir fui l'île avant l'explosion, indique la presse espagnole samedi matin.

Les auteurs de l'attentat attribué à l'ETA dans lequel ont péri jeudi deux gardes civils aux Baléares pourraient avoir fui l'île de Majorque avant l'explosion, estimaient samedi certains journaux espagnols, se basant sur la nature de la bombe utilisée.

El Pais et ABC, rapportent que la bombe placée sous la voiture des deux militaires, comme celle neutralisée à proximité sous un autre véhicule de la garde civile, étaient munie d'un système de mise à feu à retardement et d'un détecteur de mouvements. Cela expliquerait que le véhicule détruit dans l'attentat ait pu circuler plusieurs heures jeudi matin sans que la bombe ne s'active. Les engins pourraient ainsi avoir été fixés sous les véhicules la veille au soir de l'attentat, laissant le temps aux auteurs de quitter l'île avant que ne se déploie la tenaille policière.

La chasse aux auteurs de l'attentat se poursuivait officiellement sur l'île touristique des Baléares, où le roi d'Espagne Juan Carlos et son épouse, la reine Sofia, devaient entamer samedi leurs vacances d'été.Deux suspectsauraient été identifiés.

L’attaque a entraîné d’importants dégâts sur les édifices alentour de la station balnéaire de Palmanova.

Des touristes ont filmé la scène :

Le ministère de l'Intérieur a diffusé vendredi les photos de six membres présumés de l'ETA activement recherchés, sans préciser s'ils étaient soupçonnés des deux attentats successifs de mercredi et jeudi attribués au groupe armé. Le ministère fait appel "à la collaboration des citoyens pour localiser" ces activistes.

Cette explosion est intervenue le lendemain d'un attentat à la voiture piégée attribué à l' ETA qui a fait 64 blessés légers, mercredi contre la caserne de la garde civile de Burgos, dans le nord du pays.

L'ETA, qui figure sur les listes des organisations terroristes de l'Union européenne et des Etats-Unis, est tenue pour responsable après son attentat meurtrier de jeudi, de 828 morts depuis sa fondation le 31 juillet 1959.

> Journée de deuil en Espagne