Germanwings : les assureurs ont provisionné 279 millions d'euros

  • A
  • A
Germanwings : les assureurs ont provisionné 279 millions d'euros
@ AFP
Partagez sur :

INDEMNISATION - D'après un journal allemand, les assureurs de Germanwings ont mis cette somme de côté pour anticiper l'indemnisation des familles des victimes du crash de l'A320 dans les Alpes françaises.

Une semaine après le crash de l'A320 de la Germanwings dans les Alpes, qui a fait 150 morts, la question de l'indemnisation des familles de victimes se pose déjà. Pour répondre aux suites de ce drame, le consortium d'assureurs conduit par l'allemand Allianz a mis de côté environ 279 millions d'euros, écrit le quotidien allemand des affaires, Handelsblatt.

L'avion assuré à hauteur de 6 millions d'euros. Cet argent, qui a été "passé comme provision", servira à couvrir les probables demandes de dommages et intérêts des familles de victimes, ainsi que l'avion accidenté, qui était assuré à hauteur de 6,5 millions de dollars, soit environ 6 millions d'euros.

La présence d'Américains change la donne. D'après le quotidien économique Handelsblatt, les dommages et intérêts versés dans le cadre d'un crash aérien atteignent en général 1 million de dollars par passager, soit environ 910.000 euros. Mais dans le cas de l'A320 qui s'est écrasé dans les Alpes, la présence d'Américains parmi les victimes pourrait conduire à une indemnisation plus élevée si les proches de ces victimes engagent des poursuites devant des tribunaux américains. La compagnie Lufthansa, maison-mère de Germanwings, serait alors obligée de démontrer qu'elle ne pouvait rien faire pour empêcher la catastrophe, causée par le copilote de l'appareil, Andreas Lubitz, qui s'est manifestement enfermé seul dans le cockpit et est soupçonné d'avoir délibérément précipité l'A320 sur la montagne.

>> LIRE AUSSI - Crash de l'A320 : une première aide de 50.000 euros par passager

>> LIRE AUSSI - Crash de l'A320 : le difficile travail d'identification des corps

>> LIRE AUSSI - "Ouvre cette foutue porte !", a crié le commandant