Les Anonymous s’attaquent aux pédophiles

  • A
  • A
Les Anonymous s’attaquent aux pédophiles
@ REUTERS
Partagez sur :

Le collectif de pirates informatique a diffusé quelque 500 adresses de pédophiles présumés.

"Anonymous a une nouvelle cible : les pédophiles", titre le site spécialisé ZDNet. Le collectif de hackers a ainsi lancé depuis quelques jours une vaste opération, intitulée #OpPedoChat, visant à dénoncer les pédophiles présumés.

500 adresses diffusées

"Anonymous veut réduire, voire éradiquer ce fléau d’Internet", annonce un Anonymous, masqué  comme toujours, dans la vidéo présentant l’opération, diffusée le 8 juillet sur le site Pastebin :

Les pirates ont depuis mis en ligne quelque 500 adresses électroniques, IP et parfois postales ainsi que des numéros de téléphone de personnes qui seraient actives sur des sites à caractère pédophile. La plupart des individus sont de nationalité belge ou néerlandaise.

Démission d’un élu belge

Ces publications ont déjà entraîné la démission d’un élu d’extrême droite belge, Hans-Peter Luyckx, dont le nom a été publié.

Cet élu local du parti nationaliste Vlaams Belang conteste les faits mais a décidé de démissionner pour ne pas porter préjudice à sa formation. "Cela ne signifie aucunement un quelconque aveu de la part de Hans-Peter Luyckx", insistait mercredi le Vlaams Belang, à l'origine d'une récente campagne d'affichage prônant notamment davantage de sévérité face aux pédophiles.

Les méthodes critiquées

En réalité, ce n’est pas la première fois que le collectif de pirates informatiques mène une opération ciblée contre les pédophiles. En octobre dernier, les adresses de quelque 1.500 utilisateurs présumés avaient été diffusées dans le cadre de l’opération #OpDarknet.

Les méthodes des hackers, qui se sont fait connaître en piratant des sites gouvernementaux dans le monde entier, n’emportent cependant pas l’adhésion de tous. Pour l’association belge Child Focus, qui défend les victimes de pédophilie, l’opération #OpPedoChat est contre-productive car les pédophiles "doivent non seulement être punis, mais également soignés et contrôlés".

Selon un porte-parole de l’unité spéciale pour les victimes de la police britannique, ces actions "pourraient compromettre les affaires en cours".

Des poursuites possibles

Les Anonymous risquent donc d’être poursuivis pour ces actes. Agnès Reis, porte-parole de la police fédérale belge, affirme au Monde.fr qu'un "procès-verbal a été transmis au parquet fédéral, qui reprend les constatations sur l'infraction commise par les hackers".

Reste que les informations émanant des Anonymous relatives aux présumés pédophiles sont malgré tout en train d'être renvoyées vers les parquets locaux en Belgique. Où elles aboutiront peut-être à des enquêtes.