Les Américains ne veulent pas voir Oprah Winfrey briguer la Maison-Blanche

  • A
  • A
Les Américains ne veulent pas voir Oprah Winfrey briguer la Maison-Blanche
@ FREDERIC J. BROWN / AFP
Partagez sur :

64% des Américains ont une opinion favorable de la présentatrice mais 35% seulement souhaitent la voir briguer la présidence en 2020.

Les Américains veulent-ils d'Oprah Winfrey comme présidente, idée qui fait le "buzz" depuis les Golden Globes? Si la plupart l'apprécient, et qu'elle pourrait battre Donald Trump, ils ne souhaitent pas pour autant la voir briguer la Maison Blanche, selon un sondage.

35% favorables à une candidature. Selon cette enquête d'opinion réalisée entre lundi et mercredi auprès d'un échantillon de 1.350 adultes par l'institut Marist Poll pour la radio publique NPR, 64% des Américains ont une opinion favorable de cette institution de la télévision américaine qu'est "Oprah", devenue célèbre notamment après avoir recueilli à l'antenne pendant des décennies les confidences de célébrités de tous horizons. Un Américain sur deux (50%) se dit même prêt à voter Oprah si l'élection présidentielle avait lieu maintenant, contre 39% seulement pour Donald Trump.  Mais aussi populaire que soit cette actrice et femme d'affaires de 63 ans, 35% seulement des Américains souhaitent la voir se présenter en 2020. Même parmi les démocrates, ils ne sont que 47% à vouloir que cette milliardaire se présente, contre 15% des républicains.

Elle réfléchirait "sérieusement". Ce sondage est le premier réalisé depuis la cérémonie de remise des récompenses du cinéma et de la télévision Golden Globes dimanche, qui a ravivé d'anciennes rumeurs sur une éventuelle candidature d'Oprah. Devant un public enthousiaste, celle qui fut la première femme noire à percer à la télévision a prononcé un discours vibrant, annonçant l'arrivée d'une "aube nouvelle" pour les femmes et les jeunes filles maltraitées par les hommes. Certaines sources proches de la vedette ont ensuite indiqué qu'elle "réfléchissait sérieusement" à une candidature, même si d'autres dénonçaient une prime toujours plus grande accordée au vedettariat.