Le vote-clé des républicains de Floride

  • A
  • A
Le vote-clé des républicains de Floride
Les premiers bureaux de vote ont ouvert à 7h (12hGMT), les derniers fermeront à 1h GMT mercredi pour ce quatrième scrutin primaire organisé aux Etats-Unis en vue du scrutin du 6 novembre.@ Reuters
Partagez sur :

Ils se rendent aux urnes, mardi, pour désigner leur candidat à l'élection présidentielle.

C’est un scrutin qui pourrait peser lourd dans la suite de la course à l'investiture républicaine. Les électeurs de Floride votent mardi pour désigner le candidat qu'ils souhaitent voir opposé à Barack Obama lors de la présidentielle de novembre. Largement distancés dans cette course, Rick Santorum et Ron Paul font déjà campagne dans d'autres Etats. Le scrutin devrait donc se résumer à un duel entre le favori des sondages Mitt Romney, et l'ex-président de la Chambre des représentants Newt Gingrich. Mais si ce dernier s'est relancé de manière spectaculaire, il y a dix jours,  en remportant la primaire de Caroline du Sud, la dynamique s'est, depuis, inversée.   

Romney pousse (déjà) la chansonnette

Les derniers sondages donnent ainsi l’ancien gouverneur du Massachussetts gagnant, avec 11 à 15 points d'avance sur son principal adversaire. Mitt Romney a en effet repris du poil de la bête après sa dernière déconvenue en Caroline du Sud. "Nous nous sommes laissés marcher dessus par le speaker Gingrich. (…). Nous avons donc décidé de riposter", a prévenu lundi Mitt Romney.

Très incisif lors des débats, celui-ci est apparu jovial et détendu lundi. Tellement détendu qu'il s'est mis à chanter a capella lors d'une rencontre avec des retraités. En jeans, blazer marine, chemise au col ouvert et sans cravate, le candidat républicain a évoqué, comme il le fait souvent la chanson, "America the beautiful", en racontant des souvenirs d'enfance.

Ecoutez Mitt Romney pousser la chansonnette :

Gingrich espère un sursaut conservateur

Pendant ce temps-là, le camp Gingrich fait grise mine. Ebranlé par un flot de spots de campagne agressifs concoctés par l'équipe de son rival et par un comité d'action politique ("super PAC") indépendant, l'ancien président de la Chambre des représentants a dénoncé un adversaire "méthodiquement malhonnête". "Il n'y a rien de mieux que 17,5 millions de dollars de publicités mensongères pour faire la différence", a ironisé le très sulfureux candidat à l’investiture républicaine.

Quel que soit le résultat, Newt Gingrich promet d’ores et déjà de rester en lice, espérant toujours que les conservateurs se rassembleront autour de sa candidature. Mais en Floride, où les hispaniques, très nombreux, soutiennent par ailleurs très largement Mitt Romney, les dés semblent bel et bien jetés.