Le vice-président américain s'amuse de sa gaffe au siège de la Nasa

  • A
  • A
Le vice-président américain s'amuse de sa gaffe au siège de la Nasa
@ JUNG Yeon-Je / AFP
Partagez sur :

A l'occasion de son discours jeudi sur le programme spatial américain, Mike Pence s'est vu présenter une pièce d'un vaisseau spatial en construction avec la mention "Equipement spatial crucial. NE PAS TOUCHER". Mais il n'a pas s'en empêcher...

Le vice-président américain Mike Pence, d'ordinaire plutôt réservé, s'est amusé vendredi sur Twitter d'une gaffe pendant sa visite de la veille au siège de la Nasa, en Floride, qui a fait le tour du web. 

"Equipement spatial crucial. NE PAS TOUCHER". A l'occasion de son discours jeudi sur le programme spatial américain à Cape Canaveral, Mike Pence s'est vu présenter une pièce d'un vaisseau spatial en construction avec la mention "Equipement spatial crucial. NE PAS TOUCHER". Malgré cet avertissement en lettres majuscules et en rouge, la tentation était trop forte et le vice-président a placé sa main gauche, à plat, sur l'objet.  La photo de cet impair a enflammé les réseaux sociaux où les utilisateurs ont vilipendé le vice-président pour son manque de retenue et inondé le web de détournements humoristiques.

"Ce n'est pas la première fois que ça arrive". "Désolé @NASA... C'est @MarcoRubio qui m'a mis au défi de le faire!", s'est amusé Mike Pence sur son compte Twitter en faisant porter le chapeau au sénateur de Floride Marco Rubio qui se tenait à ses côtés. "Pas de souci", a répondu la Nasa en précisant que le matériel - un gros morceau de métal appartenant au vaisseau spatial Orion - "devait être nettoyé de toute façon". Le vice-président a poursuivi l'échange avec son propre photomontage, remplaçant la pièce métallique par un... porc-épic. "Ce n'est pas la première fois que ça arrive", a-t-il commenté. Le sénateur Marco Rubio s'est lui aussi invité dans l'échange, mettant en garde le vice-président que "les casseurs sont les payeurs", allusion au développement controversé de cette capsule spatiale Orion, destinée à transporter un jour des hommes vers Mars, et dont les essais ont été repoussés à 2019 au plus tôt pour des raisons de coûts.