Le tweet "raciste" qui scandalise l'Angleterre

  • A
  • A
Le tweet "raciste" qui scandalise l'Angleterre
La députée travailliste Diane Abbott (REUTERS)@ REUTERS
Partagez sur :

La députée travailliste Diane Abbott a suscité de vives réactions en écrivant que les Blancs aimaient "diviser pour régner".

Twitter, le nouvel outil de communication des politiques, peut aussi leur jouer des tours. C’est ce qu’a appris à ses dépens une députée britannique noire, obligée de faire amende honorable après avoir suscité un tollé sur le réseau social en écrivant que les Blancs aimaient "diviser pour régner".

A l'origine de ce dérapage, une conversation autour de la condamnation le jour même de deux hommes pour le meurtre de Stephen Lawrence, un jeune Noir poignardé à mort en 1993. Ce meurtre raciste et le procès qui s'en est suivi ont provoqué beaucoup d'émoi en Grande-Bretagne.

En réponse au journaliste Bim Adewunmiqui, qui critiquait l’usage dans les médias du terme "dirigeants de la communauté noire", le jugeant trop généraliste, la députée avait écrit mercredi "Les Blancs aiment jouer la stratégie de ‘diviser pour régner’. Nous ne devrions pas jouer leur jeu", ajoutant la mention "#tacticasoldascolonialism" ("tactique vieille comme le colonialisme").

Les réactions très vives des internautes et de la classe politique ont poussé Diane Abbott, la première femme noire élue députée travailliste, à présenter ses excuses jeudi. Dans un communiqué et sur Twitter, elle a assuré que ses propos avaient été sortis de leur contexte et qu’ils se référaient "à la nature du colonialisme européen du XIXe siècle".

05.01 diane abbott tweet_400100

© TWITTER

La presse britannique s’est largement fait l’écho de cette affaire, très commentée par la classe politique. Selon un membre du Labour cité par la BBC, le leader travailliste Ed Miliband aurait dit à Diane Abbott que sa remarque était "inacceptable". Dans une déclaration, le parti a indiqué "être en désaccord avec le tweet de Diane. Nous sommes opposés aux déclarations à l’emporte-pièce liées aux races, aux cultures et aux croyances. Le Parti travailliste a toujours lutté contre de tels comportements, et Diane Abbott également."

Les conservateurs au pouvoir n’ont quant à eux pas manqué de réagir aussi. Le vice-Premier ministre Nick Clegg a jugé le tweet "stupide et grossier", tandis qu'un député conservateur, Nadhim Zahawi, a appelé à la démission de la députée.

Suivie par près de 31.000 personnes sur Twitter, la députée a depuis effacé de son mur le tweet controversé.