Le surprenant message publié sur un site aparenté à l'aéroport de Ouagadougou

  • A
  • A
Le surprenant message publié sur un site aparenté à l'aéroport de Ouagadougou
@ Reuters
Partagez sur :

Un message de service sur l'état du trafic aérien au Burkina Faso s'est transformé en brûlot politique. Il s'agirait d'un canular.

Depuis la chute du président burkinabè Blaise Compaoré jeudi 30 octobre, les frontières ont été fermées puis rouvertes, l'armée, elle, tient les rues et contient le peuple. Bref, la confusion règne dans un Burkina Faso qui oscille entre transition démocratique et dérive autoritaire de l'armée.

>> Mise à jour 3 novembre. La thèse du canular semble se confirmer : Libération a pu en effet contacter Moumouni Barro, le directeur de l'aéroport de Ouagadougou, qui, dit-il, ne possède pas encore de site internet officiel. La page web sur laquelle est publiée le message en question est gérée par un auteur inconnu, qui avait réservé le nom de domaine dès 2012. Les autorités de l'aéroport burkinabé cherchent à l'identifier pour le poursuivre en justice.

Cynisme et critique au programme. Rien d'étonnant donc à ce que l'aéroport de Ouagadougou poste un communiqué sur l'état du trafic aérien. On pourrait croire à un banal message de service, une sorte d'alerte info pour les passagers. Mais l'auteur du billet, car c'en est un, a donné une toute autre saveur à son texte, qui fleure bon le cynisme politique et la critique assumée de la situation instable du Burkina Faso. Il faut dire qu'avec un ex-président en exil en Côte d'Ivoire, un combat des chefs entre deux hauts-gradés de l'armée et le lieutenant-colonel Zida, nouvel homme fort qui semble prendre la tête du pays, il y a de quoi ironiser.

>> LIRE AUSSI - Le putsch de Zida ne passe pas

Plus Canard Enchaîné que SNCF. Canular ou coup de folie ? Si des doutes persistent quant à la véracité du site, le message de l'aéroport de "Ouaga", la capitale du "pays des hommes intègres", ressemble donc plus à un édito politique saignant du Canard Enchaîné qu'à un message de service SCNF. Entre deux paragraphes sur "les perturbations des vols commerciaux", on peut donc lire une dénonciation sans fioritures des vicissitudes de la politique locale. Extraits.

"Comme cela se passe habituellement, les directeurs et présidents des différentes institutions publiques ou parapubliques seront prochainement remplacés : des amis et parents de Blaise Compaoré, ces postes seront confiés à des amis et parents du nouveau pouvoir. Ce sera le cas pour la direction de l'aéroport de Ouagadougou."

>> LIRE AUSSI - Le résumé des événements du week-end au Burkina Faso

OUaga

© Capture d'écran du site de l'aéroport

L'auteur du post, signé aéroport de Ouagadougou, s'éloigne ensuite rapidement des considérations aériennes et commerciales, pour carrément rentrer dans le vif du sujet. Savoureux.

"Prévarication et incurie". "Des élections auront peut-être lieu dans les mois qui viennent si le pouvoir de "transition" ne goûte pas trop aux joies du pouvoir. A défaut d'élection dudit "transitionnel", le Burkina Faso verra l'élection d'un ancien ministre puisque les partis dits "d'opposition" sont dirigés pour la plupart par d'ex-ministres de Blaise Compaoré qui ont déjà fait leurs preuves dans la prévarication et l'incurie. Voyageurs et investisseurs au départ et à destination de Ouagadougou n'ont donc pas à s'inquiéter d'un quelconque changement puisque ces anciens ministres ayant déclenché et organisant les troubles actuels sont ceux qui sont aujourd'hui à la table dite "des négociations". Les Burkinabè de Ouagadougou semblent d'ailleurs enthousiastes à l'idée de confier le pouvoir aux descendants politiques directs de Blaise Compaoré. Les troubles devraient donc rapidement cesser."

Zida-Diabré

© Reuters

>> LIRE AUSSI - Quel avenir pour le Burkina Faso ?

" La police ne portera pas assistance à des andouilles". Le site de l'aéroport burkinabè cultive visiblement un sens de la franchise et de l'humour qui jure avec les messages policés de la plupart des autres aéroports internationaux. Le site du monde.fr Bigbrowser cite par exemple ce communiqué de novembre 2013, qui prévient les arnaques en ligne (modifié depuis).

"Sachez que toute somme envoyée est définitivement perdue car la police burkinabè a d'autres chats à fouetter que de porter assistance à des andouilles qui auraient mieux fait de chercher l'amour le dimanche à l'église ou au rayon surgelés de leur grande surface plutôt que sur Facebook ou sur des sites de rencontre." "Sachez que l'amour se trouve le plus souvent à côté de chez soi, chez le simple voisin de palier, qui n'a pas une tête d'aventurier américain mais qui a le mérite d'exister en vrai..."

"Il faut contribuer aux bénéfices de Sanofi/Pasteur". Pouvoir politique, questions de société, mais aussi multinationales, l'aéroport s'engage sur tous les fronts, celui de la fièvre jaune y compris. "Trois ou quatre personnes sont touchées tous les 4 ou 5 ans, mais il est important de contribuer aux bénéfices du fabricant de vaccins Sanofi/Pasteur". De quoi achever de nous convaincre que l'aéroport de Ouagadougou est dirigé par un génie de la communication.