Le sucre aussi dangereux que l'alcool ?

  • A
  • A
Le sucre aussi dangereux que l'alcool ?
La proposition de loi française s'inscrit dans la lignée des recommandations des trois scientifiques américains.@ MAXPPP
Partagez sur :

Trois scientifiques américains préconisent de taxer les boissons et aliments comprenant des sucres ajoutés.

Le sucre est-il aussi toxique que l'alcool ? C'est ce qu'affirment trois scientifiques américains dans la revue scientifique britannique Nature, publiée jeudi. Ils estiment que manger trop de sucre est aussi néfaste pour la santé que l'abus d'alcool

Robert Lustig, Laura Schmidt et Claire Brindis sont de fait partisans de la mise en place de mesures de restrictions équivalentes à celles qui frappent l'alcool et le tabac. Pour réduire sa consommation, ils proposent de taxer les boissons et aliments comportant des sucres ajoutés, en particulier du fructose.

35 millions de morts par an

Les maladies non transmissibles, comme les maladies cardiaques, le diabète ou les cancers, contribuent à la mort de 35 millions de personnes chaque année dans le monde, soit davantage que les maladies infectieuses, soulignent-ils en pointant le rôle du sucre dans la progression de ces pathologies.

Les effets de la consommation excessive de sucre peuvent être similaires à  ceux d'un abus d'alcool, assènent-ils en évoquant l'altération du foie. L'apport massif de sucres favorise ainsi l'hypertension, le diabète, et le risque cardiaque ainsi qu'une surcharge en graisses du foie.

Ils valident indirectement la taxe soda

Les mesures qu'ils proposent vont jusqu'à la restriction de la vente des produits trop sucrés en dehors des horaires scolaires, voire l'interdiction de la vente de boissons sucrées aux mineurs de moins de 17 ans.

Ces méfaits touchent jusqu'à 40% des gens de poids normal et épargnent 20% des obèses. La consommation de sucre dans le monde a triplé ces cinquante dernières années. Parmi leurs autres suggestions : contrôler le nombre de fast-foods dans les quartiers pauvres et inciter à l'installation de magasins de primeurs et de marchés de produits frais, relèvent-ils encore.

Les élus français se sont chargés de la question l'année dernière avec la "taxe soda", qui visait à augmenter la TVA sur les produits à sucre ou édulcorants ajoutés. Soutenue par la droite, qui y voit un moyen de lutter contre l'obésité, la proposition de loi avait été attaquée par la gauche, qui ne la considérait que comme un moyen de remplir les caisses de l'Etat. Elle a finalement été validée par le Conseil constitutionnel le 28 décembre et est entrée en vigueur depuis le 1er janvier.