Quand le roi des Pays-Bas était aussi pilote de ligne

  • A
  • A
Quand le roi des Pays-Bas était aussi pilote de ligne
Le monarque néerlandais était déjà copilote sur des vols courts de la compagnie KLM depuis plus de vingt ans. @ NATASCHA LIBBERT / KLM / AFP
Partagez sur :

Willem-Alexander, le monarque néerlandais, a été copilote de la compagnie KLM pendant plus de 20 ans.

Il a mené une double vie pendant plus de 20 ans... Pilote de ligne et héritier de la couronne des Pays-Bas ! Si sa passion pour les avions était connue de ses sujets, Willem-Alexander, roi des Pays-bas depuis 2013, a révélé dans le quotidien néerlandais De Telegraaf jeudi qu'il était depuis 21 ans copilote à temps partiel pour la compagnie locale KLM.

Des vols Amsterdam-Londres. Le monarque explique que pendant des années, il volait au moins deux fois par mois sur des Fokker 70, un avion régional de 31 mètres avec une capacité de 70 passagers. Il couvrait de courtes distances en Europe du Nord comme Amsterdam-Londres en tant que copilote, sans jamais révéler sa vraie identité aux passagers. "L’avantage, c’est que je pouvais toujours les accueillir au nom du capitaine et de l’équipage. Je n’étais pas obligé de dire mon nom", s'amuse-t-il dans les colonnes du quotidien néerlandais.

Le roi s'autorise aujourd'hui à dévoiler ce pan secret de sa vie car les avions qu'il pilotait - des Fokker 70 - vont être supprimés de la flotte de KLM. S'il veut continuer à pouvoir voler, Willem-Alexander va donc devoir entamer une formation pour piloter des Boeing 737, qui peut transporter jusqu'à 215 passagers.  "Je voulais vraiment poursuivre comme pilote occasionnel pour KLM", a expliqué Willem-Alexander, ajoutant que "par conséquent cela ne pouvait se faire que sur des avions tels que le 737... pour des vols courts".

Pour autant, ne vous attendez pas à croiser le souverain si vous partez en vacances outre-Atlantique. "Tout avion plus gros que celui-ci (le 737) implique de voler la nuit, ce qui m'empêchait de pouvoir rentrer à temps aux Pays-Bas en cas d'urgence", explique-t-il.