Le retour à l'air libre des 33 mineurs

  • A
  • A
Le retour à l'air libre des 33 mineurs
@ REUTERS
Partagez sur :

Europe1.fr vous a fait vivre la sortie des 33 mineurs, à San José, au Chili.

Explosions de joie aux abords de la mine de San José, dans le Nord du Chili. Depuis mercredi matin 00h10 heure locale, soit 5h10 heure de Paris, les applaudissements se sont succédés pour accueillir un à un les mineurs chiliens bloqués depuis 68 jours sous terre.

>> La formidable épopée des mineurs chiliens, jour par jour, c'est ici

>> C'est la fin de ce premier direct sur Europe1.fr. Retrouvez la suite et la fin de l'opération de sauvetage en cliquant ici.

01h06. La nuit commence à tomber sur le site.

00h50. Le président chilien est toujours sur place, près de 20h après le début des opérations de secours.

00h49. Richard Villaroel est accueilli par ses proches, en pleurs. Nombreuses embrassades.

00h46. Le 28e mineur chilien fait son apparition. Il s'agit de Richard Villaroel.

00h21. Cet ancien footballeur international chilien est acclamé. Ballon à la main, il a embrassé les autorités présentes sur place.

00h19. Franklin Lobos est accueilli, lui aussi, par des acclamations. Il est le 27e mineur à être de retour à l'air libre.

00h08. Le 27e mineur a été installé dans la nacelle.

23h54. Claudio Acuna est accueilli par sa conjointe, sa mère et sa petite fille, en pleurs sous le coup de l'émotion.

23h51. Le 26e mineur chilien fait son apparition en haut du trou de la mine. Il s'agit de Claudio Acuna.

23h32. Renan Avalos est le frère du premier mineur chilien remonté.

23h28. Il s'est jeté dans les bras de sa compagne, de sa mère et du ministre des Mines. Heureux visiblement d'être revenu à la surface.

23h25.C'est au tour de Renan Avalos de poser le pied sur la terre ferme. Il est le 25e mineur à être secouru.

23h05. Le processus se déroule plus vite que prévu.

23h02. les retrouvailles avec son épouse ont été très fortes. Il a été accueilli par des pleurs de joie. C'est avec le sourire et une forme impressionnante que Jose Henriquez s'est hissé sur le brancard qui l'attendait.

23h00. Le 24e mineur à sortir vivant de cette aventure est Jose Henriquez.

22h36. A peine sorti de la nacelle, l'homme de 43 ans s'est jeté dans les bras de sa femme, avant d'être pris en charge lui aussi par les secouristes. Carlos Bugueno était sourire aux lèvres.

22h34. Carlos Bugueno est le 23e survivant des 33 mineurs chiliens.

13.10_attente en surface mineurs chiliens 460x200

© CNN

22h12. Le directeur général du Bureau international du travail (BIT), le Chilien Juan Somavia, a déploré que des "mesures de sécurité insuffisantes" soient à l'origine du drame qui a pris au piège les 33 mineurs chiliens. "Je partage l'émotion de millions de personnes à travers le monde à la vue de ces héros revenus des entrailles de la terre", s'est-il exprimé assurant que l'on ne peut "oublier comment a débuté cette dramatique histoire".

22h08. Il retrouve sa compagne, qu'il sert fortement dans ses bras, avant de l'embrasser.

22h06. Heureux dénouement pour le 22e mineurs à refaire surface : Samuel Avalos.

21h41. Douze mineurs restent encore à secourir.

21h39. La nacelle est renvoyée sous terre. Elle porte les traces des nombreux allers-retours déjà effectués.

21h35. Le mineur a été accueilli par les autorités, mais également par une femme. Il ne s'agirait pas de son épouse, mais de sa maîtresse. Sa femme a annoncé vouloir boycotter l'opération de secours, après que son mari ait invité son amante à être présente.

21h33.Yonni Barrios est le 21e mineur a être remonté sain et sauf grâce àla nacelle.

21h19. Johnny Barrios monte dans "l'ascenseur" direction la surface.

21h16. A 622 mètres sous terre, les mineurs sont dans l'attente du retour de la nacelle.

21h05. Après avoir embrassé ses proches, il est entré sur un brancard dans l'hôpital de campagne installé sur le site, où il devait subir de premiers examens avant d'être transféré vers l'hôpital de Copiapo.

21h00. Numéro 20 : Darios Segovia. Sous les flashs de l'appareil photo de son épouse, il est sorti de la capsule les bras levé au ciel.

20h51. Le président américain s'est exprimé sur le sauvetage des mineurs chiliens, assurant que cette opération provoque la joie "du monde entier". Barack Obama a remarqué que "c'est évidemment quelque chose qui captive le monde", et a exprimé "l'espoir des Américains de voir les mineurs toujours piégés sous terre rentrer chez eux le plus vite possible".

20h48. Le 20e mineur à devoir retrouver la terre ferme vient de quitter la mine dans la nacelle.

20h28. Pablo Rojas, le frère du 18e mineur, a redécouvert la liberté. Il est le dix-neuvième a refaire surface.

19h56. Le prochain mineur à remonter à la surface sera le frère d'Esteban Rojas.

19h54. "Je me sens bien. Ca va. Merci", a assuré le mineur aux secouristes qui l'attendaient et avant de s'allonger sur le brancard qui l'attendait. Il a quitté la sortie de la mine allongé, en direction de l'hôpital de campagne monté à proximité.

19h52. Après deux mois passés sous terre, le mineur a quitté son "ascenseur" et s'est agenouillé, les deux mains liées. Il a été rejoint par sa femme, qu'il a serré dans ses bras. "Merci, merci', a-t-il répété.

19h50. Esteban Rojas est le 18e mineur à redécouvrir la lumière du jour. Il a remonté les 622 mètres qui le séparait de la surface en nacelle.

19h39. Vue de la nacelle, aucune trace de lumière du jour.

19h33. Le dix-huitième mineur se prépare à remonter à la surface et gagne l'"ascenseur".

19h20. Barack Obama a regardé à la télévision la sortie du premier des 33 mineurs piégés sous terre depuis plus de deux mois au Chili et a été particulièrement ému par les retrouvailles entre le rescapé et son fils, a raconté mercredi le porte-parole du président américain. "Je lui ai demandé ce qu'il avait ressenti, et il a répondu que c'était évidemment une histoire exemplaire", a expliqué Robert Gibbs.

19h15. Le ministre des Mines, Laurence Golborne, a estimé que le sauvetage des 33 mineurs pourrait être terminé "en fin de journée". "Nous avons avancé très rapidement, plus vite que prévu initialement", a-t-il ajouté. Au départ, il tablait sur un délai de 36 à 48 heures.

19h10. Le président français Nicolas Sarkozy "se réjouit" du "succès" des opérations de sauvetage en cours des mineurs chiliens, dans un communiqué. Le chef de l'Etat "partage leur joie et celle de leurs familles et se fait ainsi le porte-parole de tous les Français, qui ont suivi ce drame jour après jour et accueillent aujourd'hui avec soulagement son dénouement heureux", ajoute le communiqué. Il "rend hommage à ces hommes pour leur courage exceptionnel, la grande dignité dont ils ont fait preuve dans des conditions extrêmes et les remercie pour la leçon de solidarité et de fraternité qu'ils ont donnée au monde".

18h55. La nacelle est toujours à l'air libre. Visiblement les sauveteurs ont quelques difficultés à la relancer.

18h42. Omar Reygada a salué ses proches, avant de se mettre à genoux et de lancer un "Bénissez-moi Seigneur !". Il a ensuite remercié les autorités présentes et a de nouveau déclaré : "Je suis le plus heureux des hommes. Je suis 100% là".

18h40. Avant même d'être sorti de la nacelle, le 17e mineur à être remonté à la surface a déclaré : "Ah ! Que c'est bon d'être ici !"

18h39. Omar Reygada est acclamé à son arrivée dans la capsule. Il est le dix-septième mineur à effectuer ses premiers pas sur la terre ferme. Avec sa remontée, la moitié des mineurs sont remontés à la surface.

18h37. La sortie du 17e mineur se fait attendre. La capsule a quelques difficultés visiblement à sortir.

18h15. Les premiers mots d'un des mineurs à la presse. "J'ai changé, je suis un autre homme", a déclaré Mario Sepulveda, deuxième des mineurs sorti à l'air libre et le doyen du groupe.



























17h57. Alors que Daniel Herrera est transféré dans un hôpital de campagne allongé, la capsule métallique redescend sous terre.

17h51. Le seizième mineur, Daniel Herrera, sort de l'"ascenseur" sous des "Bravo". Il est accueilli avec beaucoup d'émotions par sa maman. "Oh mon fils, tu m'as beaucoup beaucoup manqué", lui lance-t-elle, avant une étreinte entre la mère et le fils bloqué sous terre durant 68 jours.

17h42. Le président bolivien a quitté la sortie de la mine et est allé saluer l'un de ses compatriotes, Carlos Mamani. Evo Morales l'a rencontré à l'hôpital.

17h36. A Santiago du Chili, la capitale du pays, des écrans géants ont été installés pour permettre à la population de suivre le sauvetage des mineurs en direct.

17h25. Le président chilien a au téléphone le Premier ministre britannique, David Cameron. "Merci pour votre travail", lui adresse Sebastian Pinera.

17h20. Jaime Manalich, ministre de la Santé, a assuré que les premiers mineurs remontés à la surface ont "bien récupéré, après une période de repos allongé". Chacun va subir un "protocole de réhydratation" avec des vitamines notamment, a détaillé le ministre.

17h15. Le quinzième mineur a l'air libre part se reposer. Il se dit assez fatigué. Victor Segovia fait partie du groupe des mineurs les plus faibles physiquement ou psychologiquement.

17h10. Victor Segovia a serré dans ses bras le président chilien. Tous deux ont échangé quelques mots. "Merci de m'avoir fait sortir", a déclaré le mineur en réponse à l'embrassade de Sebastian Pinera. "Bienvenue au Chili et auprès de ta famille", lui a répondu le chef d'Etat. "C'est une renaissance", a-t-il assuré.

17h08.Le quinzième mineur est sorti de la cage de métal qui l'a ramené à la surface. Il s'agit de Victor Segovia. Sans explosion de joie. Il s'agit de l'écrivain du groupe, qui a rédigé un journal quotidien des mineurs.

17h05. 2.000 journalistes du monde entier sont présents auprès de la mine chilienne.

16h45. Victor Segovia s'installe dans la capsule, en vue d'une remontée à la surface.

16h40. A la surface de la terre, à la sortie de la mine, la roue s'élance une nouvelle fois, signe que la nacelle est en pleine descente.

16h36. Ce quatorzième mineur a été accueilli par sa femme, enceinte de trois mois, et son fils. Beaucoup d'émotions.

16h32. Victor Zamora est le quatorzième mineur à sortir de la mine. Une arrivée à la surface de la terre sous les cris de joie des familles.

16h00. A son arrivée sur la terre ferme, Carlos Barrios est tombé dans les bras de son père Antenor, qui n'a pu retenir ses larmes. "Merci à tous", a lancé le mineur aux secouristes présents autour de la bouche du puits de secours.

15h55.Treizième mineur a être remonté à la surface : Carlos Barrios. Agé de 27 ans, il a effectué sans problème le trajet de 15 minutes environ depuis le fond de la mine.

15h15. Douzième mineur à retrouver la liberté : Edison Pena. "C’est grâce à vous que nous sommes vivants", lâche-t-il dans un souffle, visiblement éprouvé. Il tombe dans les bras de sa femme, Angélica Álvarez. Le rythme de sortie s'accélère nettement, peut-être parce que les mineurs sauvés actuellement sont les plus fragiles.

15h00. Le campement autour de la mine a des allures de festival de rock, avec un immense parking et des tentes partout. Tout autour, des montagnes désertiques.

14h43. Evo Morales etSebastian Pinera font la tournée des malades à l'hôpital de Copiapo où les mineurs subissent des examens.

14h32.Jorge Galleguillos est le onzième mineur libre. Il est aussi l’un des plus âgés et la fatigue peut se lire sur son visage. Il s’écroule en larmes dans les bras d’un proche. "Tout va bien, tout est fini", le rassure le président chilien.

14h30. Evo Morales, le président bolivien, est désormais aux côtés du président chilien, Sebastian Pinera, pour accueillir les mineurs. Lui aussi a un casque sur la tête.

14h18. Impressionnante image de la capsule qui est redescendue sous terre pour aller chercher un nouveau mineur, comme une fusée qui attendrait des cosmonautes de retour de la Lune.

La capsule sous terre mineurs Chili. 460200

© CNN


13h53. C'est donc le dixième mineur dehors : Alex Vega, 31 ans. Il était équipé d'électrodes pour surveiller sa rythme cardiaque durant la remontée. Il tombe à son tour dans les bras de son épouse. Sur son tee-shirt, qu'il arbore fièrement, un drapeau chilien.

13h46. La poulie de la nacelle tourne toujours, créant un bruit de fond aux abords de la mine. Prochain sur la liste de sauvetage : Alex Vega, 31 ans. Ce mineur, fils d’une famille de mineurs, souffre d’hypertension et d’insuffisance rénale, précise le site Infobae.com. Il fait donc partie du groupe de mineurs plus fragiles et dont la remontée est plus risquée.

13h27. Quand Florencio Ávalos était sous terre, "il ne me demandait rien. Il ne me racontait pas non plus qu’il avait des problèmes. Je faisais la même chose parce que je ne voulais pas l’inquiéter. Ensemble, nous avons toujours dit la même chose : on y est presque", raconte Mónica Araya, la femme du premier mineur sauvé, au micro d’ABC.

13h12. Pourquoi le sort de ces 33 mineurs est si important pour le Chili ? "La mine est liée à l’histoire à la fois économique et religieuse dans cette toute cette région des Andes. L’intérieur de la Terre, les entrailles, ce qui est profond et secret, a une importance majeure dans la conception du monde", décrypte Thérèse Bouysse-Cassagne, spécialiste du Chili au CNRS, au micro d'Europe 1.

13h00. Sortie de Mario Gomez, 62 ans et neuvième mineur à retrouver la lumière du soleil. Il est rapidement ausculté par un médecin avant de tomber dans les bras de sa femme. Puis Mario Gomez s'agenouille pour prier.

12h57. L'épouse de Mario Gomez, qui sera le neuvième mineur à remonter à la surface, attend avec impatience, téléphone portable à la main, d'apercevoir son époux sortir du puits. les sauveteurs parviennent à lui parler. Il n'est plus qu'à quelques mètres de la sortie.

12h35. "Le jour s’est levé, un ciel bas mais une luminosité intense que vont devoir gérer les prochains mineurs, toujours équipés de lunettes spéciales", raconte Emmanuel Renard, l’envoyé spécial d’Europe 1 au Chili.

12h25. L'opération de sauvetage "se passe même mieux que ce qu'on avait prévu", confie Jaime Manalich, le ministre chilien de la Santé, qui tient une conférence de presse. Aucun problème de santé à signaler parmi les mineurs.

12h19. Le sauvetage a débuté il y a huit heures maintenant. Et le jour s'est levé sur la mine de San José.

12h05. La tension reste très forte mais depuis la sortie de Mario Sepulveda, le second mineur qui a hurlé sa joie, les familles ont le sourire aux lèvres. "C'est vrai, on aurait dit une star. Il a embrassé trois fois le président de la République. Mais je crois qu'il fallait faire ça pour détendre les familles", raconte son frère Claudio, rencontré par Emmanuel Renard, l'envoyé spécial d'Europe 1 au Chili.

12h03. Claudio Yáñez est libre à son tour. Il est le huitième mineur sauvé. Très longue étreinte, pleine de fougue, avec celle qui va vraisemblablement devenir sa femme, Cristina Nuñez. Il embrasse également ses deux filles.

11h55. Le prochain mineur qui doit retrouver la liberté s'appelle Claudio Yáñez. Il est fiancé depuis 11 ans avec Cristina Nuñez à qui il a proposé, en lui envoyant une lettre depuis la mine, de se marier. Elle fait partie de ses femmes qui sont allées chez le coiffeur et ont acheté de nouveaux vêtements pour le jour événement de la sortie, raconte l’agence Tucuman Noticias.

11h40. Carlos Mamani, le quatrième mineur sauvé, a tenu à remercier la "Pachamama", la "Terre-mère", la terre nourricière vénérée par les indiens d’Amérique du Sud, rapporte le journal chilien La Nacion.

11h21.José Ojeda, n°7, est libre à son tour. Agé de 45 ans, il est veuf et sans enfants. Soutenu par des secouristes, il brandit un drapeau chilien avant d’être évacué à son tour.

11h10. Pendant la remontée, les mineurs ont la consigne de garder les yeux fermés. Et à leur sortie, pas question d’enlever les lunettes noires qui les protègent de la lumière des puissants projecteurs mis en place autour de la mine.

10h54. José Ojeda devrait retrouver la liberté dans quelques minutes maintenant. C’est lui qui a écrit le fameux message de survie, alors que les familles croyaient les mineurs morts : "Nous nous trouvons bien à l’abri, les 33", rappelle l’agence argentine Telam.

10h35. Un casque bleu sur la tête, Osmán Araya sort de la nacelle. Il est le sixième mineur libre. Il tombe en pleurant dans les bras de sa femme. "Chi-chi-chi-le-le-le", crie de nouveau la foule. "Bienvenue", lui dit la Première dame du Chili. "Merci à tous", répond le mineur.

10h30. L'expression "Chilean miner" est désormais en deuxième position dans le classement des mots-clés les plus recherchés sur le site de micro-blogging Twitter. Suivie de près par "Miners Rescue" , "Rescatista" , "#rescatemineros" et "Fuerza Chile" qui complète le top 10.

10h17. Pour les mineurs qui sont toujours sous terre, le temps doit sembler bien long... L'opération de sauvetage pourrait durer au total 24 heures, si elle continue de se dérouler sans accrocs.

Pour les mineurs toujours sous terre, l'attente va être longue. 460200

© CNN

10h05. Le site internet de la chaîne américaine CNN a mis en ligne un décompte spécial "mineurs" : "05:46:07" depuis le début de l’opération de sauvetage, "28" sous terre, "5" sauvés.

10h00. Une première opération de maintenance sur la nacelle est en cours. Le temps de vérifier si le système de poulie et de roues fonctionne bien et le sauvetage va pouvoir reprendre.

9h57. Osmán Araya est le prochain mineur sur la liste. Il est en fait le beau-frère de Florencio Ávalos, le premier à avoir retrouvé la liberté dans la nuit de mardi à mercredi. "Ma foi est très forte, seul Dieu peut nous aider. Il l’a déjà fait quand ils étaient tous présentés comme morts", avait raconté sa sœur, Mónica Araya, il y a quelques jours sur ABC.

9h44. L'émotion de la famille de Carlos Mamani, le Bolivien, le quatrième mineur à retrouver la liberté.

L'émotion de la famille de Carlos Mamani, le quatrième mineur chilien à retrouver la liberté. 460200

© REUTERS


9h28. Petite précision sémantique : l’opération de sauvetage a été baptisée "San Lorenzo", du nom du saint patron des mineurs apprend-on sur Twitter. Et la capsule dans laquelle les mineurs remontent s’appelle "Fénix 2", comme l’oiseau mythique qui renaît de ses cendres.

9h11. Le visage juvénile de Jimmy Sanchez apparaît à son tour. Il est le cinquième mineur libre. Pour l’accueillir, son père, mineur lui aussi, qui porte un maillot de son équipe de foot préférée. Les embrassades ne durent qu'une ou deux minutes avant que le jeune homme soit à son tour évacué sous les applaudissements.

9h08. "Pour l’instant, tout s’est bien passé. Mais on le sait, dix mineurs sont plus faibles, ils ont d’avantage de problèmes de santé. Et eux ne sont pas remontés", détaille Emmanuel Renard, l'envoyé spécial d'Europe 1 au Chili.

8h58. Comment la vie va-t-elle reprendre pour ces mineurs ? Ça dépendra des individus, explique le psychiatre Roland Coutanceau sur Europe 1 : il y a "ceux qui auront très peu de traces", ceux qui auront besoin d’un "sas" avant de prendre la vie ordinaire et ceux qui vont rester "hantés" par cette histoire.

8h51. Petit point météo : il fait actuellement 4 ou 5 degrés dans la nuit chilienne, alors que les mineurs ont été habitués à vivre sous terre par 32 degrés la nuit et jusqu'à 36 le jour.

8h45. C'est "sans doute l'image qui restera", pour Emmanuel Renard, l'envoyé spécial d'Europe 1 au Chili : le fils de Florencio Avalos, un "petit garçon de 8 ans qui se jette en pleurs dans les bras de son papa".

8h35. Changement de programme pour Mario Sepulveda qui a finalement accepté de se confier lors d'une conférence de presse, aux côtés de son épouse et de sa femme. "Je ne veux pas être traité comme une star de magazine. Je veux être considéré comme Mario Sepulveda", prévient-il. Toujours avec ses lunettes noires sur le nez, il confie simplement "je vais vivre encore très, très longtemps".

8h26. Jimmy Sánchez devrait être le prochain mineur à retrouver la liberté, selon l’ordre officiel établi. Ce fan de football, qui n'a que 19 ans, s’est d’ores et déjà vu offrir par le club de l’Université du Chili un abonnement à vie !

8h14. Le quatrième mineur est sorti. Il s'agit de Carlos Mamani, un Bolivien. Sa femme, Verónica Quispe, l'attendait, toute timide. Il a rapidement été évacué sur un brancard, direction l'hôpital. Posée sur lui, l'image d'une icône.

8h10. C'est la fête dans tout le Chili, comme en atteste cette image de liesse, sur la place Italia, dans le centre de Santiago, la capitale chilienne.

Scène de liesse à la sortie des mineurs, à Santiago, la capitale du Chili. 460200

© REUTERS

8h02. "Nous sommes vraiment très très contents. C’est très tendu, c’est beaucoup d’émotion", raconte Pedro, le cousin du premier mineur sorti. Propos recueillis par Emmanuel Renard, l’envoyé spécial d’Europe 1 au Chili.

7h57. La nacelle est redescendue pour aller chercher Carlos Mamani, un Bolivien. Il est d'ailleurs le seul mineur qui n’est pas de nationalité chilienne. Sa famille a fait spécialement le déplacement pour l’occasion. Sa femme, Verónica Quispe, a confié qu'elle ne savait pas encore s'ils allaient rentrer en Bolivie après.

7h50. Plantons le décor "lunaire" de ce sauvetage : chaque sortie des mineurs se fait "sous les caméras et les photos du monde entier, au milieu du désert de l’Atacama, et en pleine nuit", rappelle Emmanuel Renard, l’envoyé spécial d’Europe 1 au Chili.

7h41. Mario Sepulveda, le second mineur, a retrouvé la liberté… et le sens de l’humour. Alors que quelqu’un lui faisait remarquer qu’il avait rapidement enlacé son épouse et qu’il pourrait prendre un peu plus de temps, il a répondu : "avec la ‘vieille’, nous en avons pour toute la vie...", raconte le journal chilien La Nacion.

7h35. "Le Chili vit une nuit merveilleuse que le monde entier n’oubliera jamais", déclare Sébastien Pinera, cité par le journal Milenio. Blouson rouge sur le dos, casque de chantier sur la tête, le président chilien, qui n’est au pouvoir que depuis quelques mois, s’affiche en chef de l’opération de sauvetage et en père de la Nation.

7h24. Deux secouristes se trouvent actuellement aux côtés des mineurs qui sont toujours sous terre pour les accompagner, les entourer. Un autre secouriste les rejoindra quand le 15e mineur sera remonté.

7h21. Trop d'émotion tue l'émotion... Les parents de Florencio Avalos, le premier mineur qui est sorti, ont été assaillis par des centaines de journalistes qui les ont encerclés, faisant vaciller la tente qui devait les accueillir. Le ton est un peu monté avant que l'ambiance bon enfant ne reprenne le dessus.

7h15. Comment l’ordre de sortie des mineurs a-t-il été décidé ? Selon un schéma théorique : les plus "habiles" en premiers, les plus "faibles" ensuite, et les plus "forts" en dernier parce que ce sont ceux qui passeront au final le plus de temps dans la mine.

7h12. Les premiers mots de Juan Illanes : "Dis donc, ça me fait beaucoup de public !", raconte Emmanuel Renard, envoyé spécial d’Europe 1 au Chili.

7h07. Un troisième mineur sort, sous les "bravo" de la foule. Juan Illanes semble un peu plus faible, plus réservé peut-être, mais en bonne santé malgré tout. Il tombe lui aussi dans les bras de sa femme puis remercie le président chilien longuement.

7h00. "Depuis le début de cette surréaliste opération de sauvetage, les images de bonheur se succèdent", raconte Emmanuel Renard, envoyé spécial d'Europe 1, qui décrit le silence d'abord puis les explosions de joie.

6h55. La famille de Florencio Avalos, le premier mineur à sortir, n'est qu'à moitié soulagée. Son frère, Renan, est en effet toujours sous terre... Son père, sa mère et une dizaine d'autres membres de la famille l'attendent désormais.

6h50. Les "33" sont en passe de devenir des légendes vivantes dans leur pays : le président chilien Sebastian Pinera a annoncé qu'un mémorial serait créé à San José pour honorer "l'espoir dans le futur des Chiliens". Il a par ailleurs indiqué que la mine ne rouvrirait pas tant que la sécurité ne serait pas garantie, rapporte le site chilien Cooperativa.cl.

6h45. La libération de ces 33 mineurs chiliens captive le monde entier. En attestent ces dizaines de vidéos postées des quatre coins de la planète sur le site de partage YouTube depuis le début de l'opération de sauvetage.

6h34. Juan Illanes sera le troisième mineur à remonter.

6h30. Pour l'instant, l'opération de sauvetage, très technique, est un succès. Mais les secouristes restent très prudents.

6h25. Sous terre, les 31 autres attendent de pouvoir remonter à leur tour. Elle risque d'être longue pour les derniers qui ne devraient pas retrouver l'air libre avant jeudi matin.

6h10. Mario Sepulveda, dont la remontée a semblé un peu plus longue, est libre à son tour. Il a fait rire tous les secouristes en sortant d'un sac en plastique jaune... des petites pierres de la mine, du minerai de cuivre, qu'il a distribuées aux uns et aux autres.

Il a ensuite embrassé son épouse puis il a explosé de joie, haranguant la foule présente aux abords à la manière d'un sportif de haut niveau ou d'une rock star. "Viva Chile, mierda !", Merde, vive le Chili !, a-t-il hurlé.

Le second mineur chilien à retrouver l'air libre, Mario Sepulveda.930620

© ITELE

6h00. Mario Sepulveda est dans le conduit pour remonter à son tour. C'est lui qui avait tourné les vidéos des mineurs sous terre, il était considéré comme un des animateurs du groupe.

5h10. Avec son allure de cosmonaute, casque sur la tête et lunettes noires sur les yeux, Florencio Avalosest le premier à sortir. Il a d'abord serré son fils de sept ans dans ses bras, puis son épouse Monica, enfin le président chilien Sebastian Pinera, et plusieurs personnes présentes aux abords de la sortie du puits.

La remontée des autres compagnons d’infortune va se faire au fil des heures dans une nacelle métallique qui ne mesure que 53 cm de diamètre. Après avoir rapidement retrouvé leurs familles, tous vont prendre la direction de l’hôpital pour y subir des examens médicaux.