Le remaniement, on en parle (aussi) à l'étranger

  • A
  • A
Le remaniement, on en parle (aussi) à l'étranger
Sur CNBC, on s'intéresse (aussi) au remaniement en France.@ CAPTURE D'ECRAN
Partagez sur :

VU D'AILLEURS - En Europe et aux Etats-Unis, certains médias attendent, eux aussi, le remaniement du gouvernement français.

L'INFO. Le remaniement du gouvernement, c'est un peu comme "faire bouger les chaises longues sur le pont du Titanic". La formule est signée Rainbow Murray, professeur à l'Université Queen Mary de Londres, interrogé par la chaîne américaine CNBC. Car la perspective du remaniement intéresse aussi à l'étranger, même si les médias sont loin d'en faire leurs gros titres.

Le "dilemme" de Hollande. Sur CNBC, on apprend ainsi que, selon l'analyste interrogé, "tant que l'économie n'ira pas mieux, rien d'autre ne pourra faire disparaître la raison principale qui fait que les Français sont si mécontents de leur gouvernement". Un remaniement a "peu de chance de changer matériellement la politique du gouvernement Hollande, tant celui-ci a peu de marge de manœuvre", note encore la chaîne américaine. Hugh Schofield, correspondant de la BBC à Paris, s'interroge de son côté sur le "dilemme" auquel François Hollande fait face. "Il dit qu'il n'a pas l'intention de changer de bord économiquement. Mais si c'est le cas, quel est l'intérêt de changer son équipe ?". 

Un président "plus secret" que Mitterrand. Le nom de Manuel Valls revient avec insistance comme possible successeur de Jean-Marc Ayrault dans les éditoriaux à l'étranger, comme dans le quotidien espagnol El Mundo. Un éditorialiste du magazine britannique The Economist note tout de même que la nomination du ministre de l'Intérieur à Matignon comporterait des risques, car "la gauche du parti [socialiste] ne lui fait pas confiance" et les Verts non plus. Laurent Fabius ? Il est "un vieil ennemi de Monsieur Hollande, donc la cohabitation entre eux pourrait s'annoncer orageuse". Le magazine britannique évoque aussi le nom d'Emmanuel Macron, le secrétaire général adjoint de l'Elysée, cité comme un possible successeur de Pierre Moscovici au ministère de l'Economie. Tout en soulignant que François Hollande, qui "cache son jeu", serait même "encore plus secret que François Mitterrand, le précédent président socialiste" et pourrait donc surprendre. 

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

LES DERNIÈRES INFOS - Remaniement : Ayrault, Valls ou un troisième homme ?

WEB - Qui à Matignon ? Les internautes plébiscitent Valls

COULISSES - Remaniement : à gauche, ce front "anti-Valls"

L'INFO POLITIQUE - Remaniement : "Valls est un chasseur à l’affût"