"Le raid français était une erreur"

  • A
  • A
"Le raid français était une erreur"
@ MAXPPP
Partagez sur :

L'écrivain et journaliste Serge Daniel revient sur la mort de l'otage français Michel Germaneau.

Nicolas Sarkozy a confirmé lundi la mort de l'otage français Michel Germaneau au Sahel, revendiquée dimanche par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). L'écrivain et journaliste (RFI et AFP) Serge Daniel, spécialiste de l'islamisme dans la zone, explique à Europe1.fr qui sont ses ravisseurs :

Que signifie la mort de Michel Germaneau? "Les Français ont décidé de libérer Michel Germaneau, lors d'un raid. Cela a été une erreur. Pourquoi ? Parce que les Français voyaient arriver la fin de l'ultimatum et voulaient faire vite. Depuis 2002 que j'étudie ces bandes-là, l'une des choses que j'ai retenues, c'est que le premier ultimatum est toujours repoussé. Les ravisseurs en fixent un et se terrent ensuite dans le silence pour faire monter les enchères. Ensuite, ils repoussent l'ultimatum. Michel Germaneau a été tué après ce raid, en représailles. Là-dessus, je suis formel."

Qu'est-ce que l'Aqmi? "Au départ, la base de ce groupe était en Algérie, essentiellement. Ils ont été traqués et pour ne pas étouffer, les futurs membres d'Aqmi sont descendus dans cette zone sahélo-saharienne qui va de la Mauritanie au Soudan. Après le 11-Septembre, ils ont prêté serment à Al-Qaïda. Ils n'ont pas de point fixe et sont très mobiles."

Comment sont-ils organisés? "Ce qu'il faut savoir, c'est qu'il n'y a pas qu'un seul chef dans cette zone. Il y a plusieurs leaders chez Aqmi. Ils sont essentiellement quatre. Le plus radical de tous est Abou Zeïd. Il hait résolument tout ce qui vient de l'Occident. C'est un pur et dur. Le second, Mokhtar Benmokhtar, dit le borgne, est, lui, un islamiste businessman. Il trempe notamment dans le trafic de voitures. C'est lui qui détient aujourd'hui le couple d'Espagnols. Enfin, il y a le chef des opérations militaires d'Abou Zeïd et un ancien prêcheur, Taleb Abdoulkrim, suspecté d'avoir enlevé Michel Germaneau en premier lieu, avant de le remettre à Abou Zeïd. Le point commun entre eux est Abdel Woudoud qui a annoncé la mort de l'otage français et qui semble chapeauter tout Aqmi."