Le président turc Erdogan propose à Poutine et Obama d'établir une "zone d'exclusion aérienne" en Syrie

  • A
  • A
Le président turc Erdogan propose à Poutine et Obama d'établir une "zone d'exclusion aérienne" en Syrie
Le président turc a participé au sommet du G20 en Chine.@ GREG BAKER / AFP
Partagez sur :

Le président turc souhaite établir une zone d'exclusion aérienne à la frontière turco-syrienne, alors que les chars turcs ont chassé les djihadistes de la région.

Il réitère sa proposition. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé lundi avoir proposé à ses homologues américain Barack Obama et russe Vladimir Poutine d'établir une "zone d'exclusion aérienne" dans le nord de la Syrie en guerre. "Nous travaillons pour déclarer cette région zone d'exclusion aérienne", a-t-il déclaré lors d'un discours télévisé en marge du sommet du G20 en Chine, en référence à la zone frontalière où les rebelles syriens soutenus par Ankara ont chassé les djihadistes du groupe État islamique. "Voici ma proposition à Barack Obama et Vladimir Poutine", a-t-il ajouté.

Une zone sûre pour les Syriens. Cette zone d'exclusion permettrait aux déplacés syriens de vivre à l'abri des combats et ainsi d'interrompre l'afflux de réfugiés en Turquie et, au-delà, en Europe, selon le président turc. "Les citoyens syriens dans notre pays et ceux qui voudraient émigrer de Syrie ont maintenant l'opportunité de vivre plus tranquillement sur leur propre terre et dans leurs propres maisons", a-t-il indiqué, faisant référence à la bande de territoire de 90 km de long que les forces turques ont "sécurisé" du côté syrien de la frontière. Dimanche, la Turquie avait en effet annoncé avoir totalement chassé l'EI de sa frontière avec la Syrie, où elle combat également les forces kurdes.

Un futur cessez-le-feu ? Le président turc a par ailleurs indiqué que les autorités turques coopéraient avec la Russie en vue d'instaurer un cessez-le-feu dans la région d'Alep. "Nous travaillons actuellement avec la Russie pour qu'un cessez-le-feu soit déclaré dans la région d'Alep", a déclaré Recep Tayyip Erdogan, précisant vouloir y parvenir avant la fête musulmane de l'Aïd el-Kébir, aux alentours du 12 septembre.