Le président philippin affirme que Trump l'a encouragé dans sa sanglante lutte anti-drogue

  • A
  • A
Le président philippin affirme que Trump l'a encouragé dans sa sanglante lutte anti-drogue
@ NOEL CELIS / AFP
Partagez sur :

Selon Rodrigo Duterte, Donald Trump aurait estimé que la lutte contre la drogue menée aux Philippines était appliquée avec "la bonne méthode".

Le président philippin Rodrigo Duterte a affirmé samedi que le président élu américain Donald Trump l'avait encouragé dans sa guerre contre la drogue.

"La bonne méthode". Le président philippin a téléphoné vendredi à Donald Trump pour le féliciter de sa victoire à l'élection présidentielle. Selon Rodrigo Duterte, le président américain élu lui aurait souhaité "de réussir" dans sa politique controversée de répression du crime qu'il mène aux Philippines. "Il a été tout à fait sensible à nos problèmes avec la drogue. Et il m'a souhaité de réussir… dans ma campagne de lutte, et il a dit que… nous la menons en tant que nation souveraine, avec la bonne méthode", a affirmé le président philippin.

Une position différente de celle d'Obama. Depuis l'entrée en fonction du président philippin en juin, la politique de répression controversée qu'il mène dans son pays a fait 4.800 morts, soit une trentaine de morts par jour. Cette prise de position supposée de Donald Trump va a priori à l'encontre de celle du président démocrate Barack Obama, qui avait exprimé ses préoccupations quant à la violence de cette campagne de lutte contre la drogue.

"Heureux de massacrer les drogués". Rodrigo Duterte, 71 ans, a été élu en mai au terme d'une campagne populiste au cours de laquelle il avait promis de tuer des milliers de criminels pour éradiquer le trafic de drogue. Il a appelé la police et même les civils à tuer les consommateurs de drogue. Le président philippin a même affirmé qu'il serait "heureux de massacrer" pour cela des millions de drogués. Il avait soulevé l'indignation en faisant un parallèle entre sa campagne contre le crime et l'extermination de six millions de Juifs par Adolf Hitler, avant de présenter ses excuses.

Travailler "en étroite collaboration". En octobre, Rodrigo Duterte avait réclamé une "séparation" avec Washington, puis avait fait machine arrière en déclarant qu'il ne voulait pas torpiller une alliance vieille de 70 ans. Samedi, il a affirmé qu'il avait le sentiment d'avoir "une bonne relation" avec le "très vivant" Donald Trump. Une vidéo diffusée par le cabinet de Rodrigo  Duterte le montre au téléphone avec Donald Trump, lui disant qu'il "sera un bon président pour les Etats-Unis". Le cabinet du président américain élu a publié un bref communiqué à l'issue de cette conversation, indiquant seulement que Rodrigo Duterte avait félicité Donald Trump et qu'ils avaient convenu de travailler en étroite collaboration.