Le président catalan repousse à mardi son intervention devant le parlement régional

  • A
  • A
Le président catalan repousse à mardi son intervention devant le parlement régional
Carles Puigdemont s'exprimera devant le parlement catalan mardi.@ LLUIS GENE / AFP
Partagez sur :

Alors que la justice a suspendu la séance du parlement catalan sur l'indépendance prévue lundi, le président catalan a annoncé repousser à mardi son intervention devant l'assemblée.

Le président séparatiste catalan Carles Puigdemont a repoussé à mardi son intervention devant le parlement régional, initialement prévue lundi, au cours de laquelle il devait s'exprimer sur les conséquences du référendum d'autodétermination, a annoncé vendredi le gouvernement régional. 

Suspension de la séance prévue lundi. "Le président Carles Puigdemont demande à intervenir mardi devant le parlement pour rendre compte de la situation politique actuelle", indique un communiqué, diffusé au lendemain de la suspension de la séance prévue lundi par la Cour constitutionnelle. Les séparatistes envisageaient une déclaration d'indépendance unilatérale au cours de cette séance.

Puigdemont sur la voie de l'apaisement ? La demande de Carles Puigdemont pourrait être interprétée comme un geste d'apaisement puisqu'il ne cherche pas à tout prix à maintenir la séance de lundi en dépit de son interdiction par la Cour constitutionnelle. Par ailleurs, il évoque dans cette demande de nouvelle séance, "la situation politique" et non plus spécifiquement le "référendum". Cela permet aussi d'éviter que la Cour suspende à nouveau la séance puisqu'elle ne porte pas officiellement sur le référendum interdit même si ce scrutin est bien l'enjeu central de "la situation politique actuelle".

Les séparatistes catalans poursuivis pour sédition restent en liberté.  Le chef de la police catalane et les dirigeants des mouvements séparatistes catalans entendus vendredi à Madrid pour sédition sont sortis libres du tribunal, le parquet n'ayant pas requis leur placement en détention. Aucune mesure de contrôle judiciaire n'a été imposée, selon une porte-parole de l'Audience nationale, le tribunal où étaient entendus le chef de la police Josep-Lluis Trapero, Jordi Sanchez, et Jordi Cuixart, qui restent inculpés. La justice reproche aux quatre inculpés de n'avoir pas évité les troubles ayant suivi l'arrestation des organisateurs présumés du référendum, les 20 et 21 septembre à Barcelone.