Le Premier ministre Hariri assure qu'il va "rentrer au Liban bientôt"

  • A
  • A
Le Premier ministre Hariri assure qu'il va "rentrer au Liban bientôt"
@ STRINGER / AFP DALATI AND NOHRA / AFP
Partagez sur :

C'est la première prise de position publique de Saad Hariri depuis l'annonce de sa démission surprise de son poste du Premier ministre du Liban le 4 novembre. 

Le Premier ministre démissionnaire Saad Hariri a assuré dimanche qu'il allait "rentrer au Liban bientôt", se disant "libre" en Arabie saoudite, lors d'un entretien avec une chaîne de télévision libanaise.

"Je suis libre ici, si je veux voyager demain, je voyage", a lancé Saad Hariri lors de son entretien à Ryad avec la chaîne de télévision Future, sa première prise de position publique depuis qu'il a annoncé le 4 novembre sa démission surprise. Celle-ci, annoncée depuis la capitale saoudienne, avait pris de court la classe politique au Liban, où l'on s'interroge sur la liberté de mouvement du chef du gouvernement.



Le président libanais estime que la liberté d'"Hariri" a été restreinte. Une semaine après l'annonce de Saad Hariri, son retour au Liban se fait toujours attendre, et le président Michel Aoun n'a toujours pas accepté sa démission, affirmant attendre de le rencontrer pour en discuter avec lui. "Je vais rentrer au Liban très bientôt pour entamer les procédures constitutionnelles nécessaires", a-t-il précisé, en référence à sa démission. Plus tôt en soirée, le président Michel Aoun avait d'ailleurs estimé que "la liberté" du Premier ministre démissionnaire Saad Hariri avait été "restreinte" en Arabie saoudite, selon un communiqué de la présidence.

Hariri souhaitait dénoncer la "mainmise" de l'Iran et du Hezbollah au Liban. En annonçant laisser son poste dans un discours diffusé par la chaîne à capitaux saoudiens Al-Arabiya, Saad Hariri avait dénoncé la "mainmise" de l'Iran et du Hezbollah, membre de son gouvernement et proche de Téhéran, sur les affaires intérieures du Liban. Vendredi, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a accusé l'Arabie saoudite de "détenir" Saad  Hariri, qui a la double nationalité, saoudienne et libanaise.