Le piratage sur Internet a sa religion

  • A
  • A
Le piratage sur Internet a sa religion
Liée au Parti pirate, lui aussi fondé en Suède, le Kopimisme aimerait connaître le même succès. Pour l'instant, il revendique 3.000 membres.
Partagez sur :

En Suède, l'Eglise du "Kopimisme" a été reconnue par l'Etat, après deux tentatives infructueuses.

Le kopimisme est une bien curieuse religion. Fondée en 2010, cette Eglise prône… le téléchargement sur Internet. "Copiez, téléchargez, partagez", clame cette nouvelle association religieuse désormais reconnue par la Suède. Le "kopimisme", dont le nom est issu de l'expression anglaise "copy me" considère que "l'information est sacrée" et que "la copie est un sacrement", dit un communiqué sur son site Internet.

Cette reconnaissance officielle est une "large étape" franchie pour faire accepter cette religion. Le kopimisme, désormais officiel, peut évoluer librement. Ses instigateurs ont le droit d'organiser des offices religieux et... de recevoir des dons.

Lié au Parti pirate

Isak Gerson, considéré comme le "leader spirituel", espère que les 3.000 fidèles qui se réclament du kopimisme pourront "vivre leur foi sans crainte de la persécution".

C'est la 22e religion reconnue en Suède, selon Le Figaro qui cite un rapport américain. Outre le kopimisme, les Témoins de Jehova, les Mormons ou les Scientologues peuvent vivre librement leur culte en Suède.

Reconnue pour la première fois par un Etat, la religion kopimiste va de pair avec le Parti pirate, né lui aussi en Suède. Créé en 2006, il s'est petit à petit structuré, au point d'être aujourd'hui présent dans une trentaine de pays. Parmi ses succès figurent le siège d'eurodéputé glané en Suède en 2009, et les 9% remportés aux élections du Parlement régionale de Berlin, soit 15 sièges.