Le patron de la BBC sur le grill

  • A
  • A
Le patron de la BBC sur le grill
@ REUTERS
Partagez sur :

Face aux députés, il a défendu sa gestion de l'affaire Savile, l'ex-star accusée d’abus sexuels.

Pour George Entwistle, la BBC n’a pas fermé les yeux. Le directeur général de la BBC a défendu, mardi, devant une commission parlementaire sa gestion récente de l'affaire Savile. Cet ancien animateur est accusé de multiples abus sexuels. George Entwistle a admis que "la confiance et la réputation" du groupe audiovisuel s'en trouvaient aujourd’hui entachées. mais qu'il n'en était pas responsable.

jimmy savile, BBC

© MAXPPP

"Il n'y a aucun doute sur le fait que (...) la culture et les pratiques de la BBC semblent avoir permis à Jimmy Savile d'agir comme il l'a fait, et ceci soulèvera des questions sur la confiance et la réputation dont nous bénéficions. Il n'y a aucun doute là-dessus", a admis George Entwistle devant 10 députés, membres de la commission parlementaire pour la culture, les médias et les sports.

"Un problème culturel"

"C'est un sujet extrêmement sérieux et on ne peut que considérer avec horreur ce qui s'est passé, et le fait que ces activités se sont poursuivies pendant si longtemps sans être détectées", a dit le directeur général qui a pris ses fonctions voici un mois, mais qui compte 23 ans d'ancienneté à la BBC.

Il a admis "un problème culturel" appartenant au passé à la BBC, au temps où Jimmy Savile était une véritable idole pour les adolescents, au faîte de sa gloire dans les années 60-80, mais aussi un philanthrope ayant contribué à recueillir des millions de livres dans le cadre d'activités caritatives.

Deux enquêtes en cours

Pour autant, le directeur de la BBC a repoussé les accusations selon lesquelles la BBC a fermé les yeux sur les agissements, voire tenté de mettre un couvercle sur l'affaire en déprogrammant une enquête réalisée il y a un an pour le compte de l'émission Newsnight, et qui donnait la parole à des femmes déclarant avoir été victimes de Jimmy Savile.

Avec le recul, il a déploré la décision de déprogrammer Newsnight, à une époque où il était responsable des activités TV de la BBC. Mais il a rappelé que le groupe avait mandaté ce mois-ci deux enquêtes indépendantes aussitôt après que le scandale a éclaté. La première doit faire la lumière sur la déprogrammation de Newsnight et la seconde s'interroger sur l'éventuel laxisme de la BBC vis-à-vis de son animateur vedette.