Le Parlement allemand secoué par un “Twittergate”

  • A
  • A
Le Parlement allemand secoué par un “Twittergate”
Partagez sur :

Des députés allemands ont dévoilé, sur Twitter, le résultat de l'élection présidentielle, avec un quart d'heure d'avance sur l'horaire de l'annonce officielle, samedi 23 mai, suscitant une petite polémique et une enquête au sein du Parlement allemand.

Twitter est à l’origine d’un petit scandale politique en Allemagne. Les députés Julia Klöckner (CDU, centre-droit) et Ulrich Kelber (SPD, centre-gauche) ont dévoilé, sur Twitter, le résultat de l’élection présidentielle allemande samedi 23 mai… un quart d’heure avant la publication officielle du résultat.

"Les gars, vous pouvez regarder le foot tranquille. Le vote est un succès", a écrit Julia Klöckner à 14h18. Trois minutes plus tôt, son collègue Ulrich Kelber s’était fendu d’un plus traditionnel : "décompte confirmé : 613 voix. Köhler est élu !" Les utilisateurs du service de micro-blogging ont donc appris avant tout le monde l’identité du président, alors qu’il revient traditionnellement au président du Parlement d’annoncer le nom de l’heureux élu.

Cette annonce prématurée de la réélection d’Horst Köhler au poste – essentiellement honorifique outre-rhin – de président de la République a entraîné la mise en place d’une enquête au sein du Parlement. En Allemagne, le président est désigné par un collège d'électeurs composé des députés et des représentants des 16 Länder (régions).

Les députés fautifs n’ont pas réagi de la même manière à la polémique qu’ils ont suscitée. Julia Klöckner a présenté ses excuses : "Le moment était peut-être un peu précoce. Si cela en a choqué certains, je le regrette." En revanche, son homologue du SPD a défendu son geste : "1224 élus et je ne sais combien de journalistes avaient le droit de connaître le résultat mais pas l’opinion publique ? En quoi cela est-il moral ?"