Le pape François en Colombie pour soutenir la paix

  • A
  • A
Le pape François en Colombie pour soutenir la paix
Au cours de sa visite de cinq jours, le pape célébrera de grandes messes dans quatre villes du pays et rencontrera des victimes de la guerre.@ John Vizcaino / AFP
Partagez sur :

Le pape François a entamé jeudi sa première visite pontificale en Colombie en lançant un message d'espérance à ce pays sur le chemin de la paix, après les accords conclus avec les guérillas pour mettre fin à une guerre fratricide de plus d'un demi-siècle. Le pape François se réunira avec le président Juan Manuel Santos et prix Nobel de la Paix 2016 en début de la journée. Ensuite, il s'adressera à la jeunesse sur la place Bolivar, au coeur de Bogota, avant une messe à l'air libre dans le plus grand parc de la capitale. Environ 660.000 personnes sont attendus jeudi après-midi au parc Bolivar, dans l'ouest de Bogota, pour la première des quatre messes que va célébrer François à travers le pays.

"Continuez sur le chemin que vous avez eu le courage de prendre". "Ne vous laissez pas voler l'espérance !", a lancé le souverain pontife, peu après son arrivée à Bogota, aux fidèles qui l'attendaient devant la Nonciature où il reviendra dormir chaque soir de cette visite de cinq jours. "Continuez sur le chemin que vous avez eu le courage de prendre, cela s'appelle de l'héroïsme!", a-t-il ajouté à l'adresse de jeunes des rues, qui ont chanté et dansé pour François, auquel a été offert un poncho de laine blanche qu'il a immédiatement revêtu. 

Au cours de sa visite, qui devrait attirer au total quelque 4,7 millions de fidèles, François rencontrera aussi des victimes et des acteurs du conflit, notamment vendredi à Villavicencio, avant de se rendre le lendemain à Medellin, puis à Carthagène des Indes d'où il repartira dimanche soir pour Rome.

La visite du pape François, qui a soutenu l'accord de paix historique signé en novembre avec la puissante guérilla des Farc, a débuté deux jours après le premier cessez-le-feu bilatéral jamais conclu avec l'ELN, dernière rébellion active. "La paix est ce que la Colombie recherche depuis si longtemps et à laquelle elle travaille. Une paix stable, durable, afin de se voir et de se traiter en frères, jamais en ennemis", avait-il affirmé dans un message vidéo diffusé avant son départ.