Le pape appelle à accueillir les réfugiés

  • A
  • A
Le pape appelle à accueillir les réfugiés
Beau temps oblige, plus de 100.000 personnes ont assisté à la messe pascale de Benoît XVI au Vatican.@ REUTERS
Partagez sur :

A l’occasion de sa messe pascale, Benoît XVI a appelé l’Europe à l’accueil des exilés d’Afrique.

Plus de 100.000 personnes avaient pris place devant la basilique Saint-Pierre, dimanche au Vatican, pour écouter Benoît XVI célébrer la fête de la résurrection de Jésus-Christ et prononcer la traditionnelle bénédiction "urbi et orbi". Inspiré par l’actualité européenne et internationale, le pape a axé son discours sur l’accueil des réfugiés fuyant les troubles dans les pays arabes.

"Aux nombreux exilés et aux réfugiés qui proviennent de différents pays africains, que se manifeste la solidarité de tous !", a exhorté Benoît XVI, alors que l’Union européenne se divise face à l’afflux de migrants. Les révolutions en Tunisie, en Egypte et le conflit en Libye ont amené de nombreux habitants, mais aussi des réfugiés de guerres africaines à fuir vers les pays voisins ou à franchir la Méditerranée vers l'Europe.

Plus de 25.000 immigrés tunisiens et réfugiés africains ayant quitté la Libye ont ainsi débarqué dans le sud de l'Italie. "Que les hommes de bonne volonté soient éclairés pour ouvrir leur coeur à l’accueil, afin que de façon solidaire et concertée il soit possible de répondre aux nécessités pressantes de tant de frères", a insisté le pape.

"Diplomatie et dialogue" en Libye

Benoît XVI a aussi souhaité qu’en Libye, théâtre d’affrontements entre les forces fidèles à Mouammar Kadhafi et des insurgés soutenus par la coalition occidentale, "la diplomatie et le dialogue prennent la place des armes et que soit favorisé, dans la situation actuelle de conflit, l’accès des secours humanitaires".

Plus généralement, dans tous les pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, il a demandé que "la lumière de la paix et de la dignité humaine l’emporte sur les ténèbres de la division, de la haine et des violences". "Que tous les citoyens, et en particulier les jeunes, mettent tout en oeuvre pour (...) construire une société où la pauvreté soit vaincue et où tout choix politique soit inspiré du respect pour la personne humaine", a-t-il dit, évoquant l'évolution incertaine des révoltes arabes.