Le Pakistan annonce la réouverture de sa frontière avec l'Afghanistan

  • A
  • A
Le Pakistan annonce la réouverture de sa frontière avec l'Afghanistan
Les tensions se sont accrues entre les deux pays avec le rapatriement l'an dernier de centaines de milliers d'Afghans réfugiés au Pakistan.@ AFP
Partagez sur :

Fermée il y a un mois en raison de vives tensions diplomatiques, le Pakistan a annoncé lundi la réouverture "immédiate" de sa frontière avec son voisin.

Le Pakistan a annoncé lundi la réouverture "immédiate" de sa frontière avec l'Afghanistan, fermée il y a un mois en raison de vives tensions diplomatiques entre les deux voisins. Le Premier ministre Nawaz Sharif a ordonné en geste de "bonne volonté" la réouverture des deux principaux points de passage le long de la longue et poreuse frontière les séparant, selon un communiqué de ses services.

Une frontière fermée après une vague d'attentats. Ils avaient été fermés le mois dernier après une vague d'attentats qui avait fait quelque 130 morts au Pakistan, pour la plupart revendiqués par les talibans pakistanais du TTP et par le groupe État Islamique. L'armée et le gouvernement pakistanais avaient accusé l'Afghanistan d'abriter les insurgés responsables de ces attaques. De son côté, le gouvernement afghan reproche de longue date au Pakistan de laisser les talibans afghans se réfugier sur son territoire pour y préparer des attaques qu'ils vont ensuite mener en Afghanistan.

Des "liens historiques séculaires" entre les deux pays. Le Premier ministre pakistanais a justifié sa décision de réautoriser le passage par les liens historiques "séculaires" unissant les deux pays. "Nous espérons que le gouvernement afghan prendra toutes les mesures nécessaires" pour éviter que cette situation ne se reproduise, a-t-il expliqué, en soulignant qu'une paix durable en Afghanistan était indispensable à la sécurité du Pakistan.

2.400 km de frontière. Les deux pays sont séparés par la Ligne Durand, tracée sur 2.400 km par les colonisateurs britanniques en 1896 et contestée par Kaboul, qui ne la reconnaît pas comme une frontière internationale. Elle est aussi le théâtre de nombreux trafics illégaux. Les tensions s'y sont par ailleurs accrues avec le rapatriement l'an dernier de centaines de milliers d'Afghans réfugiés au Pakistan, dans des conditions dénoncées par les ONG.