Le numéro 2 des talibans a été arrêté

  • A
  • A
Le numéro 2 des talibans a été arrêté
@ Reuters
Partagez sur :

Le bras droit du Mollah Omar aurait été capturé au Pakistan. Les talibans démentent.

C'est une information de taille et qui est désormais officielle. L'administration américaine et l'armée pakistanaise ont confirmé mercredi l'arrestation du chef militaire des talibans en Afghanistan, Abdul Ghani Baradar. Il aurait été capturé au Pakistan. La nouvelle avait été dévoilée mardi par le New York Times.

Abdul Ghani Baradar serait actuellement interrogé par les services pakistanais en présence d'agents américains. Les détails de l'arrestation n'ont pas été précisés. Selon différentes sources, le mollah Baradar a été arrêté à Karachi au cours d'une opération menée début février par les services de renseignement pakistanais et américains.

"Un pas important"

Les talibans, eux, ont démenti cette information. "Nous rejetons catégoriquement les informations sur l'arrestation (...) du mollah Baradar, ces rumeurs sont absolument fausses, c'est un gros mensonge", a indiqué un porte-parole des talibans. "Il est en ce moment en Afghanistan, où il dirige toutes les activités du jihad, il est avec nous et nous sommes en contact avec lui", a-t-il ajouté.

En visite à Kaboul, l'envoyé spécial des Etats-Unis en Afghanistan et au Pakistan, Richard Holbrooke a indiqué qu'il s'agissait "d'un pas important".

Une fiche de renseignement d'Interpol signale que le mollah Baradar est âgé de 42 ans environ et qu'il appartient depuis mai 2007 à la plus haute hiérarchie des talibans. Et le mollah Omar l'avait nommé chef militaire des talibans. Selon différentes sources, sa position pouvait être moins tranchée ces derniers temps. Un journaliste pakistanais indique même dans Le Monde que Baradar était favorable à des discussions avec les autorités afghanes.

"Un avertissement clair"

Des spécialistes ont cru discerner dans l'arrestation de Baradar un revirement du Pakistan dans sa politique vis-à-vis des talibans. "C'est un avertissement clair aux chefs talibans afghans au Pakistan: les choses ont changé. Il faut faire un choix: soit vous continuez à vous battre et cela sera sans notre aide, soit vous coopérez", a expliqué Arturo Munoz, un ancien agent de la CIA. "C'était un chef très respecté, très aimé, et sa perte, je pense, sera très démoralisante pour le mouvement taliban".

Cette arrestation intervient alors que les forces de l'OTAN ont entamé une opération d'envergure dansle sud de l'Afghanistan contre les insurgés et afin d'inciter les populations locales à coopérer. Plusieurs civils ont été tués lors de cette opération.