Le nouveau "président" de Chypre-Nord

  • A
  • A
Le nouveau "président" de Chypre-Nord
@ REUTERS
Partagez sur :

Le nationaliste chypriote turc Dervis Eroglu a été élu dès le premier tour l'élection.

L'élection présidentielle chypriote a livré son verdict. Le nationaliste chypriote turc Dervis Eroglu a remporté dimanche dès le premier tour l'élection "présidentielle" à Chypre-Nord, une victoire susceptible de compromettre le processus de réunification de l'île sous l'égide de l'ONU. Selon les résultats officiels définitifs, le Premier ministre, chef du parti de l'unité nationale (UBP, conservateur), a recueilli 50,38% des suffrages exprimés contre 42,85% pour son principal rival, le "président" sortant Mehmet Ali Talat. La commission électorale a précisé que la participation au scrutin dans la République turque de Chypre-Nord (RTCN, uniquement reconnue par Ankara) s'était élevée à environ 75%.

Dervis Eroglu, réputé pour son nationalisme pur et dur, a promis de poursuivre le processus de paix avec les autorités chypriotes grecques de la République de Chypre, reconnue par la communauté internationale et membre de l'Union européenne. "Personne ne doit penser que je quitterai la table de négociations (...) le processus de pourparlers va continuer", a-t-il affirmé à la chaîne d'information turque NTV. "Je vais travailler avec bonne volonté pour un règlement qui prenne en compte les droits de ma communauté", a-t-il poursuivi, ajoutant qu'il allait à cette fin s'engager dans un "étroit dialogue avec la mère-patrie", la Turquie, dont 35.000 soldats sont déployés dans la partie nord de l'île.

La victoire de Dervis Eroglu, 72 ans, plusieurs fois chef de gouvernement, a été accueillie par une explosion de joie de ses partisans réunis devant le siège de son parti à Nicosie. Dervis Eroglu, accompagné de son épouse, Meral, a salué la foule qui dansait au son de mélodies folkloriques, sous une pluie de feux d'artifice.

Chypre est divisée depuis 1974 et l'intervention militaire turque dans le nord de l'île après un coup d'Etat fomenté par des nationalistes chypriotes grecs soutenus par Athènes et visant à rattacher le pays à la Grèce.