Le mystère des drapeaux blancs du pont de Brooklyn est résolu

  • A
  • A
Le mystère des drapeaux blancs du pont de Brooklyn est résolu
Les drapeaux blancs du pont de Brooklyn ont intrigué les New-Yorkais.@ CAPTURE D'ECRAN
Partagez sur :

L’ÉNIGME - Les New-Yorkais se demandaient qui avait bien pu placer deux énormes drapeaux blancs en haut du monument. L'opération a enfin été revendiquée.

Depuis trois semaines, les New-Yorkais se demandaient qui avait bien eu l'idée saugrenue de placer, en pleine nuit, deux énormes drapeaux blancs sur le pont de Brooklyn, à la place des drapeaux américains. Ils ont désormais la réponse : cette facétie qui a mis la police de la ville sur les dents est signée de deux artistes allemands qui revendiquent l'opération sur leur site internet.

Sécurité renforcée autour des ponts. Mischa Leinkauf, 37 ans, et Matthias Wermke, 35 ans, basés à Berlin, ont expliqué, photo à l'appui, qu'ils avaient installé les deux drapeaux américains blancs, cousus à la main - étoiles et rayures blanches incluses - dans la nuit du 21 et 22 juillet en haut des tours du pont de Brooklyn.

>> LIRE AUSSI - Le mystère des drapeaux blancs du pont de Brooklyn

L'apparition de ces drapeaux, dans une ville toujours extrêmement sensible aux questions de sécurité, avait déclenché une enquête de la police, qui avait très officiellement exclu tout lien terroriste mais renforcé la sécurité autour des principaux ponts.

Un compte Twitter parodique. Le président de l'arrondissement de Brooklyn Eric Adams s'était ému de cette atteinte à la sécurité publique. Le procureur local Cyrus Vance avait réclamé de Twitter le nom de la personne tweetant sous le nom @bicycleLobby, après que ce compte, largement parodique, eut revendiqué l'opération.



"Plus tôt dans la journée, nous avons signalé notre entière reddition de la voie cyclable du pont de Brooklyn aux piétons".

"Surpris de la réaction". Les Berlinois, qui auraient grimpé en pleine nuit jusqu'en haut des tours via les câbles du pont, et mené d'autres opérations comparables dans plusieurs pays, n'en sont pas revenus. "Avec notre éducation berlinoise, nous avons été un peu surpris de la réaction. Nous n'avions vraiment pas l'intention d'embarrasser la police", a déclaré Mischa  Leinkauf au New York Times.

Il a expliqué qu'ils avaient "vu le pont, dessiné par un Allemand (...) venu en Amérique pour réaliser ses rêves, comme la plus belle expression d'un superbe espace public. Nous avons voulu capturer cette beauté"."Très peu de gens s'en émouvraient si nous faisions la même chose à Berlin", a encore expliqué l'artiste, tout en ajoutant : "mais bien sûr, nous n'avons pas eu le même problème avec le terrorisme". L'enquête de police se poursuit.