Le ministre grec de la Protection du Citoyen, en charge de la police, Christos Papoutsis, a annoncé lundi avoir présenté sa démission du gouvernement pour briguer la direction du parti socialiste Pasok.  Dans un bref communiqué, Christos Papoutsis, apparatchik socialiste et ancien commissaire européen a indiqué avoir soumis sa démission dans un courrier au Premier ministre, Lucas Papademos, "pour présenter sa candidature à la présidence du Pasok".

La démission, annoncée un jour férié en Grèce pour la début du carême orthodoxe, doit être acceptée ces prochains jours, selon des sources de l'entourage du Premier ministre.
Selon la télévision publique Net,  Lucas Papademos, qui dirige depuis novembre un exécutif de crise réunissant socialistes et conservateurs s'était récemment entendu avec Christos Papoutsis pour un départ du gouvernement de ce dernier au cas où il poserait sa candidature à la direction du Pasok.

Sans grandes perspectives de victoire, selon les analystes politiques, face au favori socialiste, l'actuel ministre des Finances Evangélos Vénizélos, M. Papoutsis avait par ailleurs été vivement critiqué pour l'échec de la police à contenir des violences urbaines qui avaient entaché le 12 février une grande manifestation syndicale contre l'austérité.
Le Pasok doit organiser le 18 mars une élection par la base du successeur de son actuel président, Georges Papandréou, dont le mandat expirera alors.

Porté au pouvoir en 2009, Georges Papandréou avait été évincé en novembre au profit de Lucas Papademos après avoir proposé un référendum aux Grecs sur le deuxième plan de sauvetage du pays, semant la panique sur les marchés et dans la zone euro.