Le Mexique pleure Fuentes

  • A
  • A
Le Mexique pleure Fuentes
Partagez sur :

L'écrivain et essayiste mexicain Carlos Fuentes est mort mardi à l'âge de 83 ans. 

Triste nouvelle pour le Mexique. Le pays vient de perdre l'un de ses plus prestigieux auteurs. C'est le président Felipe Calderon qui a annoncé mardi la mort de Carlos Fuentes, âgé de 83 ans, sur son compte Twitter. "Je regrette profondément le décès de notre estimé et admiré Carlos Fuentes, écrivain et Mexicain universel. Qu'il repose en paix", a écrit le président. Selon la presse locale, Carlos Fuentes, prix Cervantes 1987, serait décédé de problèmes cardiaques dans un hôpital du sud de la capitale mexicaine.

 

Carlos Fuentes Macias naît au Panama le 11 novembre 1928. Après avoir beaucoup voyagé durant sa jeunesse, Carlos Fuentes décide de retourner dans son Mexique natal, où il suit des études de droit à l'Université de Mexico. Il part ensuite à Genève pour entrer à l'Institut de hautes études internationales et du développement.    

Après ses études, Carlos Fuentès embrasse une carrière diplomatique. Il devient membre de la délégation mexicaine auprès de l'Organisation internationale du Travail. Carlos Fuentès est chargé de la presse auprès du ministère des Affaires étrangères. En 1974, il est nommé ambassadeur en France. Un poste qu'il occupe jusqu'en 1977. Et en 1992, François Mitterrand lui décerne la légion d'honneur.

Prix Romulo Gallegos et prix Cervantes

Considéré comme le chef de file de la nouvelle littérature latino-américaine, Carlos Fuentes porte un regard clairvoyant et critique sur les différentes cultures, classes sociales et valeurs caractéristiques de la société Mexicaine. Et ce, dès son premier recueil de nouvelles Jours de Carnaval, publié en 1954. Intellectuel de gauche, il a acquis une notoriété internationale dès l'âge de 30 ans avec son premier roman, La plus limpide région, publié en 1958. Ses romans les plus connus sont Le chant des aveugles, Peau neuve, La tête de l'hydre et Le vieux gringo. En 1977, son roman Terra Nostra obtient le prix Romulo Gallegos, la plus haute distinction littéraire d'Amérique latine. Et dix ans plus tard, en 1987, il reçoit le prix Cervantes pour l'ensemble de son œuvre. Un prix qui est considérée comme le prix de littérature de langue espagnole le plus prestigieux au monde.