Le médecin se fait remplacer... par sa compagne

  • A
  • A
Le médecin se fait remplacer... par sa compagne
@ CAPTURES D'ECRAN RTBF
Partagez sur :

A la frontière belge, un médecin de garde a envoyé sa petite-amie soigner une patiente enceinte.

Elle pensait tomber sur le médecin de garde, c'est finalement la petite-amie de ce dernier - sans formation médicale - qui l'a soignée. C'est la mésaventure qui est arrivée la semaine dernière à une jeune Belge de 26 ans, enceinte, souffrante.

Des ordonnances écrites à l'avance

Mardi dernier, Noémie, une habitante de Mouscron en Belgique enceinte de plusieurs mois, ressent des douleurs dans le ventre et le dos. Elle appelle alors le médecin de garde - qu'elle ne connaît pas - et tombe sur une femme qui lui indique qu'elle va se déplacer, raconte Nord Eclair. Le médecin est en fait fatigué. Il rédige à l'avance des ordonnances, se rend au domicile de la patiente mais reste dans la voiture.

C'est donc sa compagne, Ingrid, que voit arriver Noémie une heure après. Ingrid explique qu'elle est "médecin de garde pour le Dr Mullier". "Je fais des remplacements de temps en temps et ça fait deux ans que je suis en stage", prétend-elle.

Une seringue récupérée dans la poubelle

Après un court examen, le faux médecin explique à Noémie qu'elle souffre d'un problème rénal et lui fait une injection d'anti-douleur. Les douleurs ne passant pas, Ingrid décide de faire une deuxième piqûre. Problème, elle a jeté à la poubelle la première seringue et n'en trouve pas d'autres. Elle demande alors au compagnon de Noémie d'aller la récupérer dans les ordures et lui fait une autre injection, précise la RTBF. En attendant que le produit fasse effet, Ingrid propose même à la jeune femme enceinte une cigarette...

Après son départ, fait le rapprochement entre celle qui l'a "soignée", qu'elle connaît de vue, et sa soeur. Noémie appelle cette dernière qui lui confirme qu'Ingrid n'est absolument pas médecin. La jeune femme se rend aux urgences, où on lui indique que son problème se situe au niveau de l'utérus et pas des reins, et que l'anti-douleur qu'on lui a injecté est beaucoup trop fort.

"Je n'aurais pas fait mieux"

Le docteur Mullier se défend en affirmant que sa présence n'était pas nécessaire. "Le diagnostic avait été fait par téléphone. Une dame enceinte qui se plaint du bas du dos, sur place je n'aurais rien pu faire de mieux que de faire le même acte", dit-il à la RTBF. Noémie a décidé de porter plainte.