Le mandat d'arrêt européen contre Julian Assange est maintenu

  • A
  • A
Le mandat d'arrêt européen contre Julian Assange est maintenu
Julian Assange, fondateur de Wikileaks, reste sous le coup d'un mandat d'arrêt européen@ MAXPPP
Partagez sur :

La justice suédoise a décidé de maintenir le mandat d'arrêt contre le fondateur de WikiLeaks.

L'INFO. Un tribunal de Stockholm a maintenu mercredi le mandat d'arrêt européen contre le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, accusé d'agressions sexuelles, au cours d'une audience publique.

La décision du tribunal constitue un revers pour l'Australien, âgé de 43 ans, qui vit depuis deux ans reclus dans l'ambassade d'Equateur à Londres, afin d'éviter d'être extradé en Suède. Les avocats d'Assange, qui ont fait valoir que l'enquête avait été démesurément longue, ont annoncé qu'ils feraient appel de la décision.

>> LIRE AUSSI : Julian Assange, homme à abattre pour les Etats-Unis

L'homme à abattre pour les Etats-Unis. En conséquence Julian Assange, qui craint d'être in fine extradé vers les Etats-Unis, restera dans l'ambassade d'Equateur à Londres, a déclaré l'avocat de la défense Per Samuelson.

Le mandat d'arrêt avait été lancé fin 2010 à la suite d'une plainte déposée par deux Suédoises qui accusent le fondateur de WikiLeaks de viol et d'agression sexuelle, dans la région de Stockholm cette année là, accusations que réfute Julian Assange. Depuis juin 2012, l'homme s'est réfugié à l'ambassade d'Equateur à Londres, où il est cloîtré depuis.

Fin 2010, WikiLeaks a été à maintes reprises à l'origine de révélations surprenantes sur les activités gouvernementales menées à l'abri des regards, dans le monde entier.

>> LIRE AUSSI : Bradley Manning condamné à 35 ans de prison

Interroger Assange à Londres. "En annulant le mandat d'arrêt, le tribunal doit contraindre le bureau des procureurs à faire avancer l'enquête de la seule manière possible", a déclaré au tribunal Me Samuelson au cours de l'audience. "Il (doit) s'arranger pour interroger Assange à Londres et faire progresser l'enquête afin que nous puissions parvenir enfin à une conclusion", a-t-il ajouté.

Julian Assange a reconnu que même en cas d'annulation du mandat d'arrêt par le tribunal suédois, cela ne signifierait pas la fin de l'histoire, puisqu'il craint des poursuites aux Etats-Unis. "J'ai encore un problème plus grave, qui est celui des Etats-Unis et des poursuites que j'y encours, et peut-être un mandat d'extradition", avait-il déclaré à la presse en juin dans une conférence téléphonique.

>> LIRE AUSSI : L'interview de Julian Assange