Le lion Jericho, faux frère de Cecil, est bien vivant

  • A
  • A
Le lion Jericho, faux frère de Cecil, est bien vivant
@ AFP/ZIMBABWE NATIONAL PARKS
Partagez sur :

Une semaine après le scandale de la mort du lion Cecil abattu par un chasseur américain aux abords d'un parc national du Zimbabwe, de fausses informations donnaient l'animal mort. 

L'autorité des parcs nationaux du Zimbabwe a mis un terme dimanche aux rumeurs sur la mort d'un autre lion du parc de Hwange, annonçant qu'il était bien vivant, une semaine après le scandale de la mort du lion Cecil abattu par un chasseur américain aux abords du parc. "Le lion connu sous le nom de Jericho est toujours vivant", a indiqué l'autorité des parcs et de la protection de la faune sauvage du Zimbabwe dans un communiqué. L'organisme souligne également que les deux lions ne sont pas frères.

Jericho photographié dimanche matin. Le lion fait partie d'un projet de recherche sur la longévité des lions dirigés par le chercheur britannique Brent Stapelkamp. Ce dernier a pu photographier le lion vers 7 heures après qu'il se soit repu d'une proie.

 

 

A l'origine, l'intox d'une ONG. Des informations contradictoires ont circulé samedi sur le sort de Jericho. Une ONG travaillant avec des informateurs de terrain à la fiabilité aléatoire a semé la consternation en affirmant qu'il avait été abattu. L'annonce diffusée par l'ONG a aussitôt enflammé la Toile et les médias anglosaxons qui se passionnent depuis des jours pour le safari scandaleux du riche chasseur américain. Jusqu'à ce qu'une autre association, les Amis de Hwange, ne fasse ressusciter Jericho en affirmant que l'information semblait fausse.

Indignation mondiale après la mort de Cecil. Le Zimbabwe a réclamé vendredi l'extradition de Walter Palmer, riche chasseur de trophée américain du Minnesota, au nord des États-Unis, qui a tué début juillet le lion Cecil, spécimen protégé et attraction vedette du parc Hwange, près des célèbres chutes Victoria. Mâle dominant du parc, Cecil, remarquable par sa crinière noire mais peu connu des Zimbabwéens, était équipé d'un collier émetteur. Le chasseur a affirmé s'être aperçu qu'il s'agissait d'un spécimen protégé une fois l'animal mort, quand il s'est approché et a découvert le collier GPS.

Son guide a assuré que le permis de chasser à l'arc était parfaitement en règle, que son client américain était innocent et n'avait nullement cherché à s'offrir la tête de ce grand lion. En revanche, il a admis que Walter Palmer s'est pris en photo avec sa proie malgré la découverte du collier, et est reparti aux Etats-Unis comme si de rien n'était en prenant ses dispositions pour récupérer son trophée, la tête débarrassée du collier, qui a depuis été confisquée par les autorités. Cette mort a suscité une virulente polémique aux Etats-Unis.