Le jour qu'attendait Florence Cassez

  • A
  • A
Le jour qu'attendait Florence Cassez
@ Capture BFMTV
Partagez sur :

RECIT - Revivez l'audience de la Cour suprême du Mexique qui a abouti à sa libération.

Florence Cassez va retrouver la liberté dans les plus brefs délais. La Française, détenue au Mexique depuis 2005, a obtenu le feu vert de la Cour suprême mexicaine pour sortir de prison. Après avoir exposé chacun son point de vue sur ce dossier, les cinq juges ont en effet décidé de remettre la Française en liberté, et ce sans délai. Revivez cette journée où tout a basculé.

# L'ESSENTIEL

- Florence Cassez va être libérée.Après une heure d'audience, la Cour suprême en a ainsi décidé.

- L'émotion de ceux qui l'ont soutenu. "Je suis folle de joie!", a dit sa mère.

- Un retour en France pour bientôt ? C'est la volonté exprimée par son avocat et c'est la question qui restait en suspens mercredi soir.

# LE RECIT

21h57 : Sarkozy "très ému". L'ancien président de la République, qui a beaucoup œuvré durant son quinquennat pour la libération de Florence Cassez, s'est déclaré "très heureux" et "très ému", après l'annonce de sa libération, selon les informations recueillies par Europe 1. Mardi, à la veille de la décision de la Cour suprême mexicaine, Nicolas Sarkozy s'était entretenu un quart d'heure au téléphone avec Florence Cassez. Il espérait mercredi soir pouvoir lui parler de nouveau pour lui dire toute son émotion et son soulagement.

21h46 : "Beaucoup de joie" pour Valérie Trierweiler. La Première dame de France a fait savoir au Lab qu'elle éprouvait "beaucoup de joie"et se réjouissait de "cet aboutissement après une longue procédure".

hollande, cassez

© Capture BFMTV

21h45 : "Florence, vous êtes la bienvenue dans votre pays". François Hollande a publiquement réagi au cours d'une rapide conférence de presse, mercredi soir. "Florence, vous êtes la bienvenue dans votre pays", a déclaré le président de la République.

21h40 : Charlotte Cassez n'en "veut à personne". A peine la libération annoncée, la mère de Florence Cassez s'est exprimée publiquement. Après sa "joie", Charlotte Cassez est revenu sur les bons et les mauvais souvenirs de ces sept dernières années. "Avec le recul, je vais garder le soutien continuel, fabuleux qu'on a reçu depuis le début. On a vécu ça à deux - avec Bernard Cassez, son mari -, on a eu tellement de soutien autour de nous, de gens qui nous ont aidé quand ça allait moins bien", précise la mère de la détenue. "Ça, c'est une belle expérience", ajoute-t-elle. "Il y a aussi beaucoup de mauvais souvenirs mais ceux-là, je veux les oublier", a-t-elle conclu, assurant "n'en vouloir à personne". "Florence est tombée sur de mauvaises personnes qui lui ont fait beaucoup de mal, mais il ne faut pas généraliser, il y a des mauvaises personnes partout".

quatre

Frédéric Cuvilier, ministre des Transports, Anne Hidalgo, première adjoint au Maire de Paris, Jean-Luc Romero, conseiller régional d'Ile-de-France et président du comité de soutien de Florence Cassez et Charlotte Cassez, la mère de Florence.

21h30 : "Florence a mérité sa liberté".  Charlotte Cassez est revenue sur la libération de sa fille, lors d'une conférence de presse organisée dans une brasserie parisienne. "Je suis folle de joie, je ne peux rien dire d'autre", a-t-elle répété. "J'ai encore du mal à le croire. D'un seul coup, c'est l'explosion", a ajouté sa mère, avant de parler de sa fille : "Elle est fabuleuse, elle a mérité sa liberté. Elle est extraordinaire, je l'adore !" s'est-elle exclamée. Radieuse, la mère s'est dite impatiente. "Je suis pressée, je veux savoir quand elle va rentrer. Je ne l'ai pas encore eu au téléphone, j'attends que Bernard (son mari) m'appelle. Il n'est pas impossible qu'elle rentrer demain". 

21h20 : Florence Cassez, 2.603 jours plus tard. Depuis le 9 décembre 2005 jusqu'à aujourd'hui, Florence Cassez aura passé au total 2.603 jours en prison. Soit un peu plus de sept ans.

charlotte cassez

© Capture BFMTV

21h15 : Charlotte Cassez "en rit, en pleure". La mère de Florence Cassez a fait part de son bonheur après la libération annoncée par la Cour suprême du Mexique. "Je suis fière, il y a eu du suspense jusqu'à la fin". "Je suis contente pour elle, qu'enfin, ce soit terminé", a-t-elle ajouté, le sourire aux lèvres.

21h12 : Florence Cassez de retour demain ? L'avocat de Florence Cassez ne compte pas traîner, une fois qu'il aura fait sortir Florence Cassez de prison. "Je pense qu'on va rentrer ce soir, et qu'on sera demain en France", a-t-il lancé sur BFMTV. 

berton, avocat, cassez

© Capture BFMTV

21h06 : Frank Berton va chercher Florence Cassez. Interrogé par BFMTV, l'avocat de Florence Cassez a fait part de sa joie. "Je vais chercher Florence à la prison. Je vais chercher une femme que je rêve de sortir de sa prison depuis sept ans. Dans quelques minutes, elle va sortir", affirme Me Berton. 

21h03 : A Paris, on "pleure de joie". Restée à Paris avec le comité de soutien de Florence Cassez, Charlotte, sa mère,"pleure de joie" avec Jean-Luc Romero, président de ce comité de soutien, Valérie Trierweiler, Anne Hidalgo et Frédéric Cuvilier. 

20h55 : Une sortie dès aujourd'hui ? La question, désormais est la dernière. Selon Eric Dussart, journaliste de La Voix du Nord envoyé spécial au Mexique, c'est une affaire de minutes.20h45 : Florence Cassez doit être libérée. A l'issue des explications de chacun, le juge prend la parole et demande la libération immédiate de Florence Cassez. L'audience est suspendue pour cinq minutes.

20h35 : La juge Sanchez pour la libération.Comme attendu, Olga Sanchez, auteur du rapport à partir duquel les juges doivent trancher aujourd'hui, se dit favorable à la libération de Florence Cassez.

gutierrez

© Capture BFMTV

20h27 : Le juge Gutierrez argumente pour la libération.Le quatrième juge à prendre la parole est le dernier à avoir intégré la Cour suprême. On ne connaissait pas sa posture sur le dossier Cassez. Il s'est déclaré pour la libération de Florence Cassez.

20h23 : Le juge Rebolledo en faveur d'un nouveau procès. Le troisième juge à prendre la parole a donné son point de vue sur le dossier Cassez. Il a argumenté pour la tenue d'un nouveau procès, mais en Cour de cassation lui et non pas en appel. 

20h15 : Explications en cours. A chacun leur tour, les cinq juges présentent leurs arguments. Ils voteront après que chacun a pris la parole.

zaldivar

© Capture BFMTV

19h55 : Le juge Zaldivar prône l'annulation de la condamnation.Le deuxième des cinq juges à prendre la parole et vote pour la libération de Florence Cassez.

19h45 : Le juge Cossio se dit favorable à un nouveau procès. Après une longue explication, il souhaite qu'un nouveau procès ait lieu, "juste et équitable" pour que la culpabilité ou l'innocence soit prouvée. 

19h40. L'audience débute. Les cinq juges sont installés dans la salle. La décision est imminente !

19h35 : De dix minutes... à deux heures. Les spéculations sur la durée de l'audience de la Cour suprême de Mexico vont bon train. Si plusieurs personnes avancent le chiffe de dix minutes, d'autres parient sur deux heures. L'audience n'a toujours pas débutée.

19h30 : Audience privée pour l'heure. Les cinq juges, arrivés dans la salle d'audience depuis plusieurs minutes, sont pour le moment regroupés entre eux. Ils discuteraient toujours entre eux à propos de la décision à rendre dans le dossier Cassez.

19h20 : Les juges sont dans la salle. Les cinq juges qui vont bientôt décider de l'avenir de Florence Cassez sont déjà dans la salle d'audience, selon Hélène Lecomte, journaliste présente au Mexique. 

19h15 : Sébastien Cassez a "espoir". Le frère de Florence Cassez, Sébastien, a donné son sentiment sur le jugement à venir, sur Europe 1. "On a espoir car on connaît le fond du dossier, la fin est proche", a-t-il commenté. Il mise sur le "changement de gouvernement". "Le contexte n'est plus le même. On pense que, désormais, toutes les conditions sont réunies", a ajouté Sébastien Cassez, qui s'est entretenu avec sa soeur "pendant les fêtes" de fin d'année. "Elle était très confiante".

19h05 : Valérie Trierweiler avec les soutiens parisiens. La première dame de France est arrivée il y a quelques minutes dans la brasserie parisienne où sont massés les soutiens de Florence Cassez, avec qui elle va suivre en direct la décision de la Cour suprême du Mexique.

19h00 : L'affaire Cassez suscite le débat. Au Mexique, la question ne se borne pas à "pour ou contre Florence Cassez, comme le montre Gerardo Villanueva, un Mexicain qui estime que "dans tous les cas, nous devrons changer notre législation".

18h50 : La presse massée en bas des escaliers. C'est dans la salle d'audience, située en haut de ces escaliers que sont réunis les cinq juges qui décideront dans quelques minutes du sort de Florence Cassez.

tribunal

© Capture Twitter @capucinepetre

18h45 : Florence Cassez ne regardera pas. La détenue à fait savoir par le biais de son avocat qu'elle ne suivrait pas l'audience, diffusée en direct à la télévision mexicaine. C'est "trop dur", elle n'a "pas le courage", a-t-elle dit, en substance.

18h40 : L'audience pourrait durer dix minutes. Ce n'est qu'une rumeur, mais elle est tenace. Selon plusieurs personnes présentes sur place, l'audience de la Cour suprême pourrait durer une dizaine de minutes seulement. Les cinq juges, réunis dans l'après-midi, pourraient déjà s'être mis d'accord.

18h25 : La pression monte à l'intérieur. Delphine Rigaud, envoyée spéciale de BFMTV au Mexique, a raconté l'ambiance à l'intérieur de la salle d'audience. "Ça commence à s'agiter à l'intérieur, les médias venus de France et de partout dans le Mexique sont là et essaient d'obtenir les dernières informations", précise-t-elle, ajoutant que les avocats français et mexicains de la jeune femme, également arrivés à l'intérieur, "n'ont pas voulu s'exprimer". A noter la présence de la principale opposante de Florence Cassez, Miranda de Wallace,qui milite pour qu'elle reste en prison, accompagnée d'une victime présumée.

18h15 : En direct sur Internet. La séance - à huis clos - de la Cour suprême mexicaine devrait être à suivre en direct sur son site Internet. Vous pouvez vous y rendre en cliquant ici.

18h00 : Les Mexicains pronostiquent... une libération. Envoyé spécial de La Voix du Nord au Mexique, Eric Dussart raconte sur Twitter l'ambiance qui règne sur place à quelques minutes de la décision de la Cour suprême. "Les pronostics mexicains vont vers une libération sous quelques semaines", indique-t-il sur le site de micro-blogging, ajoutant que la salle de presse était "bondée".



17h50 : Cassez, la "diabolique" devenue symbole. Florence Cassez n'est plus considérée par la presse mexicaine comme une femme "diabolique". Depuis son arrestation médiatique en 2005, les médias ont eu le temps de revoir leur jugement sur la Française, devenue désormais le symbole de la lutte pour une justice libre et indépendante. L'opinion lui semble aujourd'hui plus favorable. La séance de la Cour suprême sera retransmise en direct à la télévision mexicaine.

>> Une revue de presse "mexicaine" ici.

charlotte cassez

© Capture BFM TV

17h40 : Charlotte Cassez est restée à Paris. Contrairement à Bernard, son mari, parti à Mexico, Charlotte Cassez, la mère de Florence, est restée à Paris. Avant de rejoindre le comité de soutien de sa fille, dans un bar parisien, elle va suivre la séance de la Cour suprême chez Jean-Luc Romero, le président du comité de soutien, annonce BFMTV. 

17h35 : La séance retardée à 19 heures.Selon Jean-Luc Romero, conseiller régional d'Ile-de-France et président du comité de soutien de Florence Cassez, la séance de la Cour suprême du Mexique a été décalée à 19 heures. Jean-Luc Romero dit tenir ses informations de Frank Berton, l'avocat de la détenue.

17h30 : L'affaire Cassez sur Europe 1. Suivez les dernières rebondissements de l'affaire Cassez sur Europe 1 grâce à Lionel Gougelot, envoyé spécial d'Europe 1 à Mexico.

>> Le compte Twitter de Lionel Gougelot, ici.

17h20 : Cassez aide ses soutiens. Florence Cassez a trouvé une occupation en prison : elle peint, beaucoup. Une vente aux enchères de ses tableaux a même permis de récolter plus de 30.000 euros, reversés à l'association "Libérez Florence Cassez". 

cassez, trierweiler,

© Reuters


17h15 : Les bonbons de Valérie Trierweiler. Il n'y a pas que le précédent couple présidentiel qui soutient la détenue mexicaine. Sur Paris-Match.com, Valérie Trierweiler a expliqué sa manière d'épauler Florence Cassez. "Le président de la République l'a appelée deux fois, moi je lui envoie des colis. Quatre depuis octobre", dit-elle. Et que contiennent-ils ? "Des bouquins d'art, ou par exemple la trilogie de Charlotte Valandrey... Entre autres. Aussi des chocolats - son péché mignon - faits par les pâtissiers de l'Elysée et des produits de beauté agréables et utiles : crème hydratante, shampooing, huiles parfumées. Yves Saint Laurent et Sothys". Les mêmes que ceux offerts à Michele Obama, précise nos confrères. 

17h05 : Une affaire politique. L'affaire Florence Cassez a laissé des traces dans les relations franco-mexicaines. Felipe Calderon a toujours tenu tête à son homologue français, Nicolas Sarkozy, refusant un transfèrement de la détenue dans une prison française, ou annulant la participation de son pays à l'année du Mexique en 2012 lorsque l'ancien président avait décidé de faire de Florence Cassez le symbole de cette année. >> A lire : Calderon a-t-il fait pression ?

17h00 : H-1.A partir de 18 heures, la Cour suprême du Mexique se réunit pour examiner le cas Cassez. Au terme de cette nouvelle séance, la Française pourrait être libérée purement et simplement.

sarkozy carré

© MaxPPP

16h50 : Avec Sarkozy au téléphone. Frank Berton, l'avocat de Florence Cassez, a confié mercredi matin sur Europe 1 que sa cliente s'était entretenue avec l'ancien président français. "Elle a eu Nicolas Sarkozy pendant un quart d'heure au téléphone, il l'a encouragée, il l'a aidée, il l'aide depuis des années", a confié Me Berton, soulignant au passage que "le gouvernement actuel l'aide". Retrouvez l'interview de Bruce Toussaint ici.

16h40 : Sept ans plus tard. Cela fait un peu plus de sept ans que Florence Cassez est incarcérée au Mexique, notamment pour enlèvements et tentative d'enlèvement. La Française originaire de Béthune, avait été arrêtée avec son ex-compagnon Israel Villarta devant les caméras de télévision. Quelques années plus tard, la mise en scène de cette arrestation, pointée du doigts par Cassez et Villarta, a été reconnue par un juge mexicain. >> A lire : Sept ans de malheur

16h35 : Jugée par une cour réorganisée. Moins d'un an après son dernier passage devant la Cour suprême, le dossier Cassez y revient début 2013 avec quelques nouveautés. En décembre, deux juges sur les cinq ont été remplacés, ce qui pourrait avoir des conséquences lors de l'examen d'aujourd'hui.

16h30 : Florence Cassez a "peur". A quelques heures d'un verdict tant attendu, l'avocat de Florence Cassez a confié sur Europe 1 la "peur" de sa cliente, prisonnière mexicaine depuis sept ans. "Elle a peur parce qu’elle sait que son destin, qui dépend de cinq juges, va se jouer aujourd’hui", a-t-il déclaré, ajoutant qu’"elle a beaucoup d’espoir".