Le Japon ne pourra "jamais tolérer les provocations" de la Corée du Nord

  • A
  • A
Le Japon ne pourra "jamais tolérer les provocations" de la Corée du Nord
Le Japon ne compte pas rester inactif face aux provocations de la Corée du Nord (image du dernier essai nucléaire nord-coréen vu depuis le Japon)@ KAZUHIRO NOGI / AFP
Partagez sur :

"Les actions de la Corée du Nord sont une provocation manifeste", a déclaré le porte-parole du gouvernement, tout en apportant son soutien au ton belliqueux de Donald Trump.

Le gouvernement japonais a averti jeudi qu'il ne pourrait "jamais tolérer les provocations" de la Corée du Nord, après que le régime de Pyongyang a menacé de tirer des missiles vers l'île américaine de Guam, dans le Pacifique.

Que la Corée du Nord s'abstienne d'autres provocations. "Nous appelons fermement la Corée du Nord à prendre au sérieux les avertissements répétés de la communauté internationale, à se plier aux résolutions de l'ONU et à s'abstenir d'autres provocations", a déclaré le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga.

Un discours militariste. Le Japon, très proche allié des États-Unis, a par ailleurs soutenu le ton belliqueux adopté ces derniers jours par le président américain Donald Trump, qui a promis le "feu et la colère" à la Corée du Nord, alors que plusieurs pays ont exprimé leurs inquiétudes. 

"Il est très important de maintenir le pouvoir de dissuasion nucléaire des États-Unis face à une situation sécuritaire très préoccupante dans la région", a estimé Yoshihide Suga. "Le président Trump a dit que toutes les options étaient sur la table", y compris militaire, "et le gouvernement salue cette politique". "Les actions de la Corée du Nord sont une provocation manifeste", a-t-il insisté, et "nous ne pourrons jamais tolérer cela".

Un déploiement de systèmes anti-missiles ? Interrogé sur l'éventuel déploiement de systèmes de défense anti-missiles, le représentant de l'exécutif a répondu : "Les forces d'autodéfense (nom de l'armée japonaise) prendront les mesures nécessaires, mais je ne donnerai pas de détails".

Japon et États-Unis en "consultation étroite". Minimisant le risque d'une action unilatérale des États-Unis sans demander l'avis du gouvernement nippon, Yoshihide Suga a insisté sur le fait que le Japon et les États-Unis étaient "en consultation étroite". Une réunion ministérielle est prévue le 17 août à Washington sur les questions de sécurité, a-t-il rappelé.

Rex Tillerson et James Mattis, secrétaire d'État et ministre de la Défense américains, recevront à cette occasion leurs homologues japonais Taro Kono et Itsunori Onodera, récemment nommés au sein du gouvernement remanié de Shinzo Abe.