Le guide suprême iranien propose un référendum pour la fin d'Israël

  • A
  • A
Le guide suprême iranien propose un référendum pour la fin d'Israël
Le guide suprême Ali Khamenei demande une nouvelle fois "la fin d'Israël" (illustration)@ FACEBOOK
Partagez sur :

Ali Khamenei fait passer un niveau à son habituelle rhétorique anti-israélienne. Mais pour la première fois, il précise ne pas vouloir la mort de tous les Juifs.

L'INFO. Le guide suprême de la révolution iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei, a réitéré mercredi vouloir la fin de l'Etat d'Israël. Cette fois, il précise vouloir donner une pointe de démocratie à son projet anti-israélien. Le guide suprême voudrait un référendum auquel participeraient à la fois les Arabes et les Juifs qui vivent en Israël.

>> LIRE AUSSI - Israël est méfiant sur l'arrêt du nucléaire iranien

En attendant, une lutte armée. D'ici là, a-t-il ajouté, la lutte armée est la seule voie. Ali Khamenei et son prédécesseur, l'ayatollah Rouhollah Khomeini, ont plusieurs fois appelé à la fin de l'Etat juif, y compris par un référendum dans la région où les Palestiniens sont majoritaires.

"Il y a des moyens logiques et pratiques pour parvenir à la disparition d'Israël: que les gens qui vivent là-bas choisissent par référendum le gouvernement de leur choix. Ce serait la fin de ce régime d'usurpation et d'imposture", a déclaré l'ayatollah dans un discours devant des étudiants. D'ici là, a-t-il dit, "en attendant la fin de ce régime qui tue de sang-froid, une puissante résistance armée est la seule voie."

L'Etat, pas sa population. Ali Khamenei, qui réagissait aux bombardements sur la bande de Gaza, a dit clairement pour la première fois qu'il parlait de la disparition de l'Etat juif, pas de la mort des Juifs. "La seule solution, c'est l'anéantissement de l'Etat d'Israël, mais cela ne veut pas dire la destruction des Juifs de cette région", a-t-il dit.

L'Iran, qui ne reconnaît pas l'existence d'Israël, soutient les groupes islamistes palestiniens dans leur lutte contre l'Etat hébreu. Téhéran est également accusé de soutenir militairement et financièrement le Hamas et le Jihad islamique.

>> LIRE AUSSI - La bise de l'actrice iranienne fait scandale à Cannes