Le grand oral d’Obama

  • A
  • A
Le grand oral d’Obama
@ Reuters
Partagez sur :

Le président américain va prononcer mercredi soir son premier discours sur l’état de l’Union.

Grande première pour Barack Obama. Un an après sa prise de fonction, le président américain va prononcer devant le Congrès son premier discours sur l’état de l’Union. Un rendez-vous phare outre-Atlantique, qui intervient dans un contexte où l’hôte de la Maison-Blanche est en difficulté. La majorité démocrate au Sénat s’est en effet récemment érodée, et les derniers sondages ont montré que les Américains sont majoritairement mécontents du bilan du président en matière économique.

Selon son fidèle porte-parole Robert Gibbs, Barack Obama va donc répondre à "la colère et au ressentiment que les Américains éprouvent vis-à-vis de l'économie". Le président va parler des "efforts pour aider les petites entreprises, pour stimuler les embauches et les prêts" bancaires, a-t-il encore indiqué, soulignant que l’année 2009 "a été l'une des plus difficiles de l'histoire" des Etats-Unis.

Reconquérir l'opinion

Barack Obama pourrait annoncer une série de mesures destinées à aider la classe moyenne. Le président américain espère qu’un effet de levier sur le marché de l'emploi à moindre coût se mette en place, alors que les finances publiques restent dans un état préoccupant et qu'il n'est pas question d'un nouveau plan de relance. L’ancien sénateur de l’Illinois devrait aussi annoncer lors de son discours son souhait de geler pendant trois ans environ 15% des dépenses de l'Etat fédéral dans l'espoir de réaliser des économies de 250 milliards de dollars d'ici à 2020.

Toujours pour reconquérir l’opinion, Barack Obama vient d'imposer un gel des salaires à ses collaborateurs gagnant plus de 100.000 dollars par an, après avoir emprunté des accents populistes ces dernières semaines contre les "banquiers gras de Wall Street".

Lors de son discours, le président américain devrait répondre à d'autres inquiétudes des Américains, comme les guerres en Irak et en Afghanistan, et l'attentat manqué d'Al-Qaïda contre un avion à Noël. Il devrait aussi évoquer un plan de lutte contre la menace bioterroriste.