Le frère d'Oscar Pistorius aurait effacé des preuves

  • A
  • A
Le frère d'Oscar Pistorius aurait effacé des preuves
@ REUTERS
Partagez sur :

SOUPÇONS - Carl Pistorius aurait synchronisé son ordinateur avec l'iPhone de son frère Oscar.

C'est une révélation qui jette le trouble, à quelques jours du retour devant le justice d'Oscar Pistorius, reconnu coupable d'homicide involontaire sur sa compagne Reeva Steenkamp. La radio sud-africaine EWN explique en effet jeudi que les enquêteurs auraient obtenu la preuve que Carl Pistorius, frère aîné d'Oscar, aurait synchronisé son ordinateur avec l'iPhone de l'accusé, ce qui expliquerait pourquoi l'historique des appels et des messages instantanés avait disparu. La police a dû demander l'aide du fabricant Apple aux Etats-Unis et il s'en est fallu de peu pour que Carl Pistorius, 29 ans, ne soit à son tour inculpé, selon EWN, dont deux reporters publient ces jours-ci un livre sur le drame, Behind the door ("Derrière la porte").

>> LIRE AUSSI : Oscar Pistorius déclaré coupable d'"homicide involontaire"

Dans un communiqué publié mercredi soir, anticipant ainsi les révélations de la radio EWN, la famille d'Oscar Pistorius avait déclaré "ne pas avoir connaissance d'une quelconque destruction (de preuves) effectuée par Oscar ou à sa demande, susceptible d'être pertinente pour le procès ou d'en affecter le déroulement". La famille a rappelé que le tribunal avait pu examiner les communications passées depuis les téléphones, la tablette et l'ordinateur du sportif, "celles-ci ne jouant finalement aucun rôle dans l'affaire, comme l'a conclu le tribunal".

L'ex-compagne de Pistorius prend sa défense. EWN revient également sur les faits et gestes de Pistorius juste avant la nuit du 14 février 2013, et relate un appel de l'athlète à son ancienne fiancée Jenna Edkins, enregistrée dans son téléphone sous le pseudonyme de "Babyshoes" ("chaussures de bébé"). Protagoniste importante de la vie de Pistorius de 2008 et 2011, celle-ci a été d'une extrême discrétion jusqu'à présent. Mais son témoignage, dans lequel elle décrit un Pistorius maître de ses émotions, pourrait être un atout pour la défense au moment du jugement. Déclaré coupable d'homicide involontaire et non de meurtre, Pistorius est passible d'une peine prison, qui n'est pas automatique. Son procès doit reprendre le 13 octobre prochain.

>> LIRE AUSSI : Verdict de Pistoirus : une "onde de choc" en Afrique du Sud