Le fondateur de Megaupload veut sauver les fichiers

  • A
  • A
Le fondateur de Megaupload veut sauver les fichiers
@ MEGAUPLOAD
Partagez sur :

Kim Dotcom est en négociation avec les États-Unis pour que les internautes récupèrent leurs fichiers.

Tout n'est pas perdu si vous aviez stocké des données chez Megaupload. Selon le fondateur de la plate-forme de téléchargement, les utilisateurs du site de partage ont une chance de retrouver leurs fichiers légaux stockés sur les serveurs. Dans une interview accordée au site spécialisé Torrent Freak, Kim Dotcom assure que des négociations sont en cours avec le ministère américain de la Justice pour redonner aux internautes l'accès à leurs fichiers.

Des politiques épinglés

Car depuis la fermeture du site et l'arrestation de Kim Dotcom le 19 janvier dernier, les internautes qui conservaient légalement des documents se trouvent privés de leurs données. Depuis cette date, les deux principaux hébergeurs ne sont en effet plus payés par Megaupload pour héberger les fichiers du site sur des serveurs.

"J’espère que nous aurons bientôt l’autorisation de leur donner à eux ainsi qu’à tous nos autres utilisateurs accès à leurs données", a déclaré confiant le fondateur de Megaupload qui est en liberté surveillé. Les avocats de Kim Dotcom comptent faire valoir plusieurs arguments. Selon le site ZDNet, ils auraient en effet découvert des comptes utilisateurs appartenant notamment à des membres du Sénat et du Département de la justice.

La défense pourrait alors faire valoir que Megaupload ne se résume pas à un site de téléchargement et de partage de fichiers illégaux mais qu'il permet aussi de stocker des documents légaux. Les avocats pourraient également arguer qu'il est  impossible de contrôler les contenus échangés, puisque même des sénateurs figurent parmi les usagers.

Le soutien des ONG

La bataille pour récupérer les fichiers n'est pas seulement une affaire judiciaire. Une ONG chargée de défendre la libre expression sur Internet propose de venir en aide aux internautes qui utilisaient Megaupload dans un cadre strictement légal. L’ONG à but non lucratif invite les internautes à envoyer, par mail, leur histoire expliquant quels types de fichiers ils hébergeaient. Le site megaretrieval.com a été mis en place pour centraliser les demandes.

Le nombre de fichiers menacés est colossal. Megaupload comptait en effet 50 millions d’utilisateurs, dont plus de 10 millions en France. Selon l'enquête menée par le FBI, 90% des utilisateurs n'avaient jamais chargé le moindre fichier et se contentaient de télécharger, rapporte Le Figaro.fr.

Kim Dotcom et trois de ses associés restent quant à eux soupçonnés d'avoir enfreint la législation sur les droits d'auteurs. Les États-Unis ont formulé une demande d'extradition du fondateur du site début mars. Selon l'acte d'accusation, Megaupload aurait entraîné un manque à gagner de plus de 385 millions d’euros pour les ayant-droits. Le site aurait également accumulé 135 millions de d’euros de profits via les abonnements et la publicité.