Le faux-pas polonais de Barack Obama

  • A
  • A
Le faux-pas polonais de Barack Obama
@ REUTERS
Partagez sur :

Le président a créé la polémique mardi en évoquant les "camps polonais de la mort".

C'est un sérieux "couac" diplomatique. Le président Barack Obama a évoqué mardi les "camps polonais de la mort" au lieu d'un camp d'extermination nazi lors d'un hommage à Jan Karski, un ancien officier polonais ayant fourni les premiers témoignages sur la politique d'extermination des Juifs par les nazis. Une confusion qui a profondément choqué Varsovie.

"Avant un voyage au travers des lignes ennemies, des résistants lui avaient raconté que les Juifs avaient été tués en masse, ils l'ont introduit en cachette dans le ghetto de Varsovie et dans un camp polonais de la mort pour qu'il voit lui-même ce qu'il en était", a déclaré Barack Obama lors de son hommage.



Le président Obama s'est "mal exprimé", a immédiatement précisé Tommy Vietor, un porte-parole pour le Conseil national de sécurité. "Il se référait aux camps de la mort nazis en Pologne", a-t-il insisté.
"Nous regrettons cette erreur d'expression qui ne devrait pas porter ombrage à notre intention claire d'honorer M. Karski et ces courageux citoyens qui se sont tenus du côté de la dignité humaine face à la tyrannie", a-t-il ajouté.

Les Polonais "sont blessés"

Ces excuses n'ont cependant pas apaisé les esprits en Pologne. "Les mots du président américain Barack Obama prononcés hier (mardi) ont blessé tous les Polonais", a déclaré mercredi le Premier ministre Donald Tusk."Je suis convaincu que nos amis américains peuvent se permettre aujourd'hui une réaction plus forte qu'une simple mise au point et des regrets du porte-parole de la Maison Blanche, une réaction susceptible d'éliminer une fois pour toutes de telles erreurs", a souligné Donald Tusk dans une déclaration à la presse.

"Parler de 'camps polonais', c'est comme s'il n'y avait pas de nazis, pas de responsabilité allemande, comme s'il n'y avait pas de Hitler", a martelé le Premier ministre polonais, en demandant aux Etats-Unis de soutenir les efforts polonais pour rétablir la vérité historique.

Le chef de la diplomatie polonaise Radoslaw Sikorski n'a, lui, pas mâché ses mots sur Twitter. "Dommage que l'ignorance et l'incompétence aient assombri une cérémonie solennelle", a tweeté Radoslaw Sikorski. Quant à l'opposition conservatrice, menée par Jaroslaw Kaczynski, elle exige des excuses directes de la part du président Obama.

Un sujet très sensible

Les anciens camps de concentration dits "polonais" sont depuis longtemps l'objet de crispation des autorités polonaises. Cette indication purement géographique peut donner l'impression que la Pologne porte une responsabilité dans le génocide perpétré par les nazis pendant la Seconde guerre mondiale.

Entre 1939 et 1945, les Allemands ont tué près de six millions de polonais, dont trois millions de juifs. L'Allemagne nazie a installé plusieurs camps de concentration et d'extermination en Pologne, dont le triste symbole de l'Holocauste, Auschwitz-Birkenau.