Le dialogue direct israélo-palestinien "ne marche pas", selon Jean-Marc Ayrault

  • A
  • A
Le dialogue direct israélo-palestinien "ne marche pas", selon Jean-Marc Ayrault
@ SERGEI SUPINSKY / AFP
Partagez sur :

La France est à l'initiative d'une conférence internationale sur la paix au Proche-Orient et veut relancer le dialogue entre la Palestine et Israël.

Les négociations israélo-palestiniennes directes "ne marchent pas" pour la France qui organise vendredi à Paris une réunion internationale sur le conflit israélo-palestinien, la première depuis presque dix ans, pour tenter de relancer le processus de paix.

Une volonté de remobiliser. Cette conférence, qui va rassembler les ministres et représentants d'une trentaine de pays occidentaux, arabes, l'ONU et l'UE, se déroule sans les deux principaux intéressés et vise avant tout à réaffirmer solennellement l'engagement international en faveur de la solution à deux Etats. Il s'agit de "remobiliser" autour d'un dossier passé au second plan depuis les printemps arabes et l'explosion des conflits régionaux, selon Paris. La réunion doit lancer un processus de travail international et convaincre Israéliens et Palestiniens de reprendre les négociations d'ici à fin 2016.

"Tout est bloqué". Mais cette démarche "échouera", a asséné le ministère israélien des Affaires étrangères à la veille de la réunion, l'Etat hébreu étant farouchement opposé à toute approche multilatérale du conflit, et prônant des négociations directes avec les Palestiniens."Sauf que (ces négociations directes) cela ne marche pas (...) tout est bloqué", a rétorqué vendredi le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault. "Aujourd'hui, ils ne dialoguent pas, la colonisation se poursuit, la violence se développe, le désespoir s'installe, la propagande de Daech (acronyme arabe du groupe Etat islamique) et d'Al-Qaïda se développe dans tous ces territoires et c'est extrêmement dangereux". "Il faut créer un climat de confiance pour que les Israéliens et Palestiniens puissent discuter (...) Nous ne voulons pas (le) faire à leur place, nous voulons les aider", a argumenté Jean-Marc Ayrault.