Le dernier au revoir à Jorge Semprùn

  • A
  • A
Le dernier au revoir à Jorge Semprùn
@ MAXPPP
Partagez sur :

L’écrivain a été inhumé dimanche en présence de l’ancien Premier ministre espagnol.

Les proches de Jorge Semprùn ont rendu un dernier hommage dimanche à l’écrivain mort mardi à Paris. L’homme âgé de 87 ans a été inhumé à Garentreville, en Seine-et-Marne, dans l'intimité. Résistant au nazisme, déporté au camp de Buchenwald, l'activiste communiste anti-franquiste repose désormais au côté de sa femme, Colette, morte en 2007.

Des personnalités espagnoles présentes

Une cinquantaine de membres de sa famille et d'amis, dont la ministre de la Culture espagnole Angeles Gonzalez-Sinde ou encore l'ancien Premier ministre espagnol Felipe Gonzalez, se sont rassemblés au cimetière de la petite commune.

Avant la mise en bière, plusieurs témoignages d'amitié et des anecdotes ont été partagés par l'assistance qui accompagnait l'auteur dans Le Grand Voyage, dont des extraits ont été lus. Dans son hommage, Javier Pradera, ancien ami et dirigeant du parti communiste espagnol, a évoqué les souvenirs de leurs années de clandestinité à Madrid. Il lui avait rendu visite à l'hôpital il y a quelques semaines et lui avait parlé en espagnol, "Jorge aimait ça", a-t-il raconté.

Le plus bel hommage, "c'est de le lire"

"Le seul hommage que je puisse lui rendre, que nous puissions lui donner, c'est de le lire et le relire tout simplement", a ajouté, voix tremblante et les yeux embués de larmes, Florence Malraux, amie de la famille "depuis quarante ans". Bernard Pivot a estimé que Jorge Semprun "laisse des souvenirs d'amitiés, des souvenirs affectueux, des souvenirs littéraires, des souvenirs gastronomiques, c'est un ami intime, c'est le seul écrivain qui était mon ami intime".

L'auteur de L'écriture ou la Vie "restera aussi bien dans la mémoire des Français que des Espagnols", a ajouté l'ancien patron de Canal+ Pierre Lescure.

Un hommage public a été rendu l'écrivain samedi au prestigieux Lycée Henri IV dans lequel il a été pensionnaire, avec son frère Gonzalo, à son arrivée à Paris à la fin des années 1930. Il a vécu la plus grande partie de sa vie en France.