Le corps du chef des Zetas a été enlevé

  • A
  • A
Le corps du chef des Zetas a été enlevé
Les Zetas, sous la direction de Heriberto Lazcano, s'est distinguée comme l'organisation criminelle la plus violente de tous les cartels mexicains.@ Reuters
Partagez sur :

Heriberto Lazcano a été tué dans un affrontement avec l'armée mais son cadavre a été dérobé.

Le Mexique pensait en avoir fini avec l'un des principaux "narcos" du pays, "El Lazca", tué lors d'une opération militaire. Mais ce coup majeur porté, par les forces de sécurité mexicaines, à Heriberto Lazcano, chef du cartel des Zetas, le groupe criminel le plus violent du pays, a été terni par l'enlèvement de son cadavre à la morgue par un commando armé.

Agé de 37 ans, Lazcano, surnommé "L'Exécuteur" avait été retrouvé mort dimanche en début d'après-midi suite à un affrontement armé avec des forces de la Marine mexicaine qui a fait deux morts, dans le village de Progreso, dans l'Etat du Coahuila, près de la frontière avec les Etats-Unis.

Des complices dans la police ou au ministère ?

lazcano 930-1000

© Reuters

Grâce aux empreintes digitales et aux photos du cadavre préalablement collectées, les autorités mexicaines avaient pu établir avec quasi-certitude qu'il s'agissait bien de Lazcano. Le président  mexicain lui-même, Felipe Calderon, avait confirmé devant la presse qu'"un des plus importants et plus dangereux" responsables du trafic de drogue du pays, qualifié de "déserteur de l'armée", avait été "abattu". Mais alors que l'affaire semblait être close, le procureur de l'Etat du Coahuila, Homero Ramos, a annoncé que son cadavre avait été enlevé.

>>> A lire : "L'Exécuteur" des Zetas aurait été tué

Le commando "a pris les corps et les a placés dans un corbillard, forçant le propriétaire (de l'établissement funéraire) à conduire le véhicule", a précisé Homero Ramos au cours d'une conférence de presse, retransmise en direct à la télévision. Selon le quotidien, El Universal, les autorités se renseignent actuellement pour savoir s'il y a eu "complicité de policiers, ou du personnel militaire" qui savait où le corps avait été transféré. En février dernier, le "narco" s'était fait édifier un mausolée dans une petite ville, à proximité d'une église dont il avait financé lui-même la rénovation.