Le corps de Yasser Arafat sera probablement exhumé

  • A
  • A
Le corps de Yasser Arafat sera probablement exhumé
@ REUTERS
Partagez sur :

Des analyses montrent la présence de polonium sur des restes du chef de l’Autorité palestinienne.

Le nom de Yasser Arafat, mort en 2004 en France, ressurgit à l’occasion de la diffusion, mardi, d’un documentaire diffusé sur la chaîne qatarie Al-Jazeera.

D’après ce documentaire, fruit de neuf mois d’enquête selon Al-Jazeera, les effets personnels (cheveux, brosse à dents, traces d’urine et de sang) de l’ancien leader de l’Autorité palestienne montrent un fort taux de polonium, une substance radioactive à l'origine de la mort de l'ancien espion russe Alexandre Litvinenko.

Sa veuve a demandé son inhumation pour tirer ces révélations au clair.

"Des niveaux substantiels de polonium"

Ces échantillons biologiques, transmis par sa veuve Souha Arafat, ont été analysés par un laboratoire en Suisse.

"La conclusion, c'est que nous avons trouvé (un niveau) significatif de polonium dans ces échantillons", indique François Bochud, le directeur de l'Insitute for Radiation Physics de Lausanne. "Les niveaux étaient substantiels (...), ce qui montre qu'il y a une quantité anormale, pas normale, de polonium", une substance qui n'est accessible selon lui qu'à "des gens qui s'intéressent ou construisent des armes nucléaires".

La thèse de l’empoisonnement relancé

Yasser Arafat, tombé malade dans son quartier général à Ramallah, en Cisjordanie, assiégé par l'armée israélienne, est décédé le 11 novembre 2004 à Percy, dans le sud de Paris.

Sa mort est restée une énigme, les quelque 50 médecins qui se sont relayés à son chevet n'ayant pas précisé la raison exacte de la détérioration rapide de son état. Des Palestiniens ont accusé Israël de l'avoir empoisonné. Ces révélations relancent donc cette thèse, même si le documentaire d’Al-Jazeera ne conclut pas à une telle accusation.

Feu vert de l''Autorité palestinienne

Le Pr Mangin, directeur du Centre universitaire de médecine légale de Lausanne, se montre prudent, estimant qu'il "serait bien sûr obligatoire d'aller plus loin et de faire une enquête plus approfondie si cela est possible".

Pour confirmer la mort par polonium, il faut exhumer les restes de Yasser Arafat, qui se trouvent à Ramallah, en Cisjordanie, et les analyser, a estimé pour sa part François Bochud à l'adresse de Souha Arafat.

Laquelle a indiqué qu'elle allait demander à l'Autorité palestinienne d'exhumer le corps du défunt pour faire toute la lumière sur sa mort. L'Autorité palestinienne a finalement donné son feu vert mercredi à l'exhumation du corps.  "L'Autorité palestinienne, comme toujours, est prête à coopérer pleinement et à ouvrir une enquête sur les véritables causes de la mort de l'ancien président", a déclaré Nabil Abou Roudeinah, porte-parole de l'actuel président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Israël ironise

"Je veux demander à ce que le corps de mon mari soit exhumé (...) immédiatement car les médecins disent que nous n'avons pas beaucoup de temps", car "la preuve d'une présence de polonium disparaît" au fil des semaines, a-t-elle dit.

"C'est mon message à l'Autorité palestinienne qui se doit de coopérer", a-t-elle dit, insistant "Nous devons aller de l'avant et exhumer le corps de Yasser Arafat pour révéler la vérité" sur sa mort. Une requête à laquelle l'Autorité palestinienne a donné son feu vert mercredi.

Quant au porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien Ygal Palmor, il a ironisé sur ces révélations, estimant que "si le ridicule tuait, alors ce reportage serait le premier coupable".