Le cannabis abîme le cerveau des ados

  • A
  • A
Le cannabis abîme le cerveau des ados
Les capacités de mémoire, de concentration et de vivacité d'esprit sont aussi entamées par la consommation régulière de cannabis à l'adolescence.
Partagez sur :

Sur une période de 25 ans, les fumeurs perdent 8 points de QI par rapport aux non-fumeurs.

Une nouvelle étude, publiée lundi par une revue scientifique américaine, vient documenter les méfaits du cannabis. Consommée régulièrement à l'adolescence, la substance provoquerait des dommages irréversibles au cerveau en faisant baisser les capacités intellectuelles à l'âge adulte.

Le processus cérébral normal perturbé

"L'adolescence est une période très sensible du développement du cerveau", explique l'auteure de l'étude Madeleine Meier, psychologue à l'université Duke, en Caroline du Nord. En utilisant des substances agissant directement sur le mental, les jeunes "peuvent perturber le processus cérébral normal", explique-t-elle.

Ces conclusions se basent sur la recherche effectuée sur 1.000 Néo-zélandais en prenant en compte une période de 25 ans. Ce suivi de longue durée a permis de comparer leur quotient intellectuel (QI) à 13 ans puis à 38 ans, les uns étant des consommateurs réguliers de cannabis, les autres pas. Au bout de la période, un écart de huit points s'est creusé entre les fumeurs et les autres, affirme Madeleine Meier. Or "le QI est censé être stable" à mesure que l'on vieillit, rappelle-t-elle. Pour les personnes n'ayant jamais fumé de cannabis, leur QI a même légèrement progressé de quelques dixièmes de points.

"On a la confirmation que la dangerosité résulte de deux paramètres : un usage régulier et quotidien sur un certain nombre d'années et le fait que ce sont des jeunes dont le cerveau n'a pas fini sa maturation", a commenté sur Europe 1 Jean Pierre Couteron, médecin-psychiatre, président de la Fédération Addiction.

Pour le président de la Fédération Addiction, "huit points de QI, c'est une perte importante surtout si elle est conjuguée à des troubles de la mémoire et de l'attention à un âge où l'on est censé être en période d'apprentissage".

Les capacités de mémoire aussi entamées

Outre cette baisse significative du QI, les consommateurs de marijuana ont aussi montré, relève l'étude, de plus faibles capacités de mémoire, de concentration et de vivacité d'esprit, selon l'étude.

Autres éléments accréditant l'impact du cannabis sur le cerveau d'un adolescent : ceux qui avaient ralenti leur consommation l'année précédant leurs 38 ans, moment du second test, n'ont pas pour autant obtenu de meilleurs résultats. En revanche, ceux qui n'ont commencé à fumer qu'à l'âge adulte ne souffraient pas d'un tel écart intellectuel avec les non-fumeurs.