Le Canada veut accueillir les Yézidis persécutés en Irak

  • A
  • A
Le Canada veut accueillir les Yézidis persécutés en Irak
Le Parlement canadien a adopté mardi à l'unanimité une motion pour faire venir les Yézidis via un pont aérien. Image d'illustration.@ GEOFF ROBINS / AFP
Partagez sur :

Ottawa s'est prononcé mardi en faveur d'un pont aérien pour faire venir au Canada cette minorité kurdophone persécuté par Daech. 

Le Parlement canadien a adopté mardi à l'unanimité une motion prévoyant l'accueil au cours des quatre prochains mois des réfugiés Yézidis fuyant les persécutions de l'organisation État islamique (EI) dans le nord de l'Irak, qualifiées de "génocide" par Ottawa.

Pont aérien. Présentée par l'opposition conservatrice, et soutenue par tous les partis dont les Libéraux de Justin Trudeau, cette motion accuse les djihadistes de l'EI de mener un génocide contre cette minorité religieuse. Le gouvernement canadien a précisé qu'il devait encore peaufiner son plan pour la mise en place d'un pont aérien permettant d'accueillir les Yézidis vivant dans le nord de l'Irak, région actuellement déchirée par d'intenses combats.

Aucun chiffre communiqué. Devant la Chambre des communes, le ministre fédéral de l'Immigration John McCallum a indiqué que pour le moment Ottawa ignorait combien de réfugiés Yézidis seraient pris en charge au terme de ces 120 jours, tout en rappelant que son gouvernement avait réussi à rapatrier quelque 30.000 réfugiés Syriens en quelques mois, au début de l'année. "Il est important de souligner que le Canada sera toujours un pays ouvert, déterminé à s'engager et à soutenir les populations vulnérables partout sur la planète", a lancé aux députés le Premier ministre Justin Trudeau.

Des massacres en 2014. Les Yézidis, une minorité kurdophone adepte d'une religion pré-islamique en partie issue du zoroastrisme, ne sont ni arabes ni musulmans, et l'EI les considère comme des hérétiques polythéistes.  Cette minorité a été particulièrement visée par les exactions de l'EI, notamment en août 2014 aux alentours du mont Sinjar, fief des Yézidis. Devant l'avancée de l'EI, des dizaines de milliers de Yézidis s'étaient réfugiés au sommet du Mont Sinjar, y restant pendant longtemps sans eau, ni nourriture. Des milliers d'hommes furent massacrés, les femmes enlevées, certaines réduites en esclavage par les djihadistes. 

La CPI saisie. Comme Ottawa, le Parlement européen et les États-Unis qualifient également de génocide les atrocités de l'EI contre les Yézidis. Des enquêteurs de l'ONU ont demandé en mars 2015 la saisie de la Cour pénale internationale (CPI) pour enquêter sur ces exactions qui pourraient constituer un génocide.